Catherine de Medicis de Ivan Cloulas

Catherine de Medicis

Le dimanche 8 septembre 2002 par Sheherazade

Balzac disait d’elle "Une femme extraordinaire et un grand roi". Personnellement, même après avoir lu le livre particulièrement bien documenté d’Yvan Cloulas, je reste sceptique sur "la femme extraordinaire". Et un grand roi ? peut-être ; en tout cas, certainement plus "roi" que ses 3 fils réunis ; c’était elle la maîtresse du pouvoir pendant trente ans lorsqu’ils étaient rois.

Elle a tenté dans la crise des guerres de religion à l’époque de rétablir l’ordre et de faire exister les deux religions dans la tolérance ... c’est ce que dit son biographe, mais n’oublions tout de même pas la St-Barthélémy.

Il est cependant exact qu’elle a hérité des Medicis le goût des arts et des lettres ; après tout, elle est la digne descendante d’une lignée de mécènes. Je suppose que son biographe a un certain "faible" pour cette reine, qu’il considère comme ayant été très proche de ses sujets selon toutes les archives qu’il a consultées. Ce qui est exact cependant c’est qu’elle ait beaucoup voyagé, mais de là à estimer qu’elle était proche du peuple, gardons le sens des proportions !

Quant à dire qu’elle était tolérante au point de vue des religions, j’en doute un peu (toujours à cause de la St-Barthélémy) mais aussi parce qu’elle était connue pour étant fort dévote et superstitieuse. Ce qui est certain, c’est qu’elle était intelligente, érudite, cultivée et surtout habile. Il n’est pas exclu évidemment qu’elle ait oeuvré pour que la paix subsiste autant que possible dans son pays.

Pendant les douze années où elle fut reine de France aux côtés d’Henri II, elle a aussi dû supporter une habitude commune aux rois, la présence à la cour de la maîtresse de ce dernier, à savoir la splendide Diane de Poitiers et en femme orgueilleuse quétait Catherine de Medicis, ce fut une humiliation supplémentaire pour cette reine d’origine italienne, pas vraiment belle, qui fut difficilement acceptée en France.


  • Catherine de Medicis  13 janvier 2008
    Je voudrais seulement souligner que Catherine etait bien acceptee dans la Cour de Francois I. Elle etait tres aimee de la famille royale, parlait le Francais sans accent Italien. Elle etait aussi Francaise qu’Italienne : Descendente de Saint Louis, Comtesse de Boulogne, Comtesse d’Auvergne, Baronesse de la Tour, Comtesse de Clermont, etc. Elle etait cousine de Francois de Guise, Antoine de Bourbon et meme Diane de Poitiers ! Tout de meme, la biographie de Cloulas reste la meilleure biographie de cette reine.De plus si nous la comparons avec celles d’Orieux et Solnon qui sont plutot des romans historiques...
    Répondre à ce message
  • Catherine de Medicis  14 octobre 2006, par pedropyb

    Bonjour,

    Suite à votre article, je vous trouve injuste avec le portrait que vous dressez de la grande Reine que fût Catherine de Médicis. D’une part vous semblez lui faire porter la responsabilité de la Saint Barthélemy. Mais, il semble qu’elle l’ait d’avantage subit, plutôt qu’organiser. Elle avait organisé un mariage entre sa fille Marguerite de Valois et Le roi Henri de Navarre dans le but d’unir les deux religions pour démontrer son ouverture et affirmer son souhait de voir cohabiter les deux religions. Malheureusement, les rancoeurs accumulées dans les deux camps et la présence importante de population Huguenotes à Paris, ville alors très catholique, ont engendré le massacre de la Saint Barthélemy. Suite a cela, la reine a dû choisir un camp, le compromit n’étant plus possible. Evidemment, elle s’est rangée au côté du Roi de France, fils aîné de la sainte église catholique de Rome et son fils. Car, enfin rappelons le Catherine est une mère aimante très attachée à ses enfants et qui fût rongé par la douleur de les voir partir les uns après les autres. D’autre part, il faut rappelé qu’a cet époque on n’avait pas coutume de laisser le pouvoir aux femmes. Et, il fallait un caractère hors norme pour une femme de son temps, pour s’imposer comme elle l’a fait. On peut lui reprocher de ne pas avoir été proche du peuple, mais quand elle en a eu l’occasion, elle a toujours travaillé à la grandeur de la France et l’élargissement du royaume. Certes, pour ses fils, mais sans jamais se ménager et surtout sans nouer d’alliance qui aurait pu nuire à la souveraineté du pays. Car il eût été plus facile pour elle de s’allier avec Philippe II d’Espagne, alors riche des trésors venant des Amériques et fervent catholique. C’est une grande Reine, qui en sont temps à toujours été respecter par ses sujets et ses adversaires les plus redoutables, pour son courage et son intelligence. C’est, certainement cela qui fait dire à Honoré de Balzac « Une femme extraordinaire et un grand roi. ».


    Répondre à ce message
    • Catherine de Medicis 14 octobre 2006, par bastet

      comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, le but d’un livre est de susciter une discussion, pas que l’on soit nécessairement du même avis que celui qui donne son opinion. Vous ne partagez pas mon avis, je ne partage pas le vôtre, vous édulcorez l’histoire comme beaucoup de sympathisants de l’un ou l’autre souverain. J’ai ce même défaut vis à vis de Richard III d’Angleterre, qui fut noirci comme personne par Shakespeare alors que si l’on connaît bien l’histoire de ce roi, il n’était qu’un homme de son temps comme Catherine de Medicis l’était.

      Elle était peut être une mère aimante à vos yeux, mais pour tous les historiens elle était une mère possessive et abusive. Pour cette fille de banquiers orgueilleuse et riche, le pouvoir comptait plus que tout, avoir accédé au trône de France était une consécration inespérée et la régence lui permit aussi de se venger de ce qu’elle considéra toujours comme une offense majeure : avoir été trompée par son époux ! le sort pourtant classique, même si peu enviable, des reines de toutes les époques. En tant que fille de commerçants, elle ne connaissait que trop bien la valeur du pouvoir pour avoir envie de le partager ou le laisser à d’autres, fussent-ils ses fils tellement "aimés" !


      Répondre à ce message
      • Catherine de Medicis 12 octobre 2007
        N’est ce pas un peu rabaissant de dire que Catherine était fille de commerçant ? Par sa fortune, le père de Catherine était assez loin de l’être. Quant à sa mère, elle faisait partie de la très bonne noblesse française.
        Répondre à ce message
  • Re : Catherine de Medicis - Ivan Cloulas  19 décembre 2002

    Merce beaucoup pour votre article ! Je prepare un papier pour mon college, est je visite votre articel. Merci !!!

    Alice


    Répondre à ce message