We wish you a Merry Murder de Valerie Wolzien

We wish you a Merry Murder

Le mardi 28 décembre 2004 par Sheherazade

Susan Henshaw, mère de famille dans le bourgeois Connecticut et détective-amateur à ses heures, est débordée par les préparatifs de Noël.

Ce qui ne l’empêche pas d’être inquiète à propos de l’une de ses amies. Récemment divorcée, celle-ci ne semble pas se remettre de la séparation et pour comble de cruauté, son ex-époux a acheté une maison voisine de la sienne pour s’y installer avec sa nouvelle épouse.

Comble d’agacement pour Susan, sa belle-mère débarque en compagnie de son nouvel ami, un nutritionniste célèbre critiquant tous les préparatifs du repas prétextant que tout cela est extrêmement nocif à la santé. Bref "ambiance et cotillons" !

Un malheur n’arrivant jamais seul, l’ex-mari de son amie est retrouvé mort dans la maison de celle-ci ; l’avait-elle convié à prendre un verre pour enterrer la hâche de guerre, ou l’a-t-elle tout bonnement trucidé ? Seulement, lorsque la police arrive sur les lieux, plus de corps ... Susan commence à la trouver franchement mauvaise, tout cela n’est quand même pas dans l’esprit de Noël. D’autant plus qu’elle a vraiment les mains pleines avec les préparatifs, juste pas assez cependant pour ne pas mener sa petite enquête et innocenter son amie.

Amusante lecture de saison par l’auteur Valerie Wolzien, très appréciée outre-Atlantique pour cette série mettant en scène une mère de famille de la banlieue chic du Connecticut. Ce qui surprend un peu dans ce petit polar, c’est l’attitude assez indifférente des protagonistes face au meurtre du mari, personne ne semblant vraiment s’en préoccuper ni de la disparition du corps. Tout cela semble totalement accessoire à côté de la fête qui se prépare et qu’il ne faut pas gâcher. Curieux, non ?

Mais ce détail (voulu ?) mis à part, l’ambiance est drôle, on se retrouve dans un groupe de riches bourgeois cancannants, passant un bon moment, à condition de ne pas être exigeant et à la recherche d’un "grand livre" à message philosophique.