Une voix dans la nuit de Armistead Maupin

Une voix dans la nuit

Le lundi 9 août 2004 par Dadoo

Gabriel Noon, le héros de ce roman d’Armistead Maupin est un chroniqueur radio qui ressemble étrangement à l’auteur. Après une séparation difficile d’avec son ami il prend contact avec un adolescent de 13 ans qui violé par ses parents pédophiles et leurs amis lutte contre le sida en écoutant les histoires de Gabriel à la radio.

Gabriel s’attache très vite à ce petit garçon avec lequel il passe de longues heures au téléphone, jusqu’à développement des véritables sentiments de père à fils.

Mais Peter existe-t-il vraiment ? Son ancien ami va lui mettre le doute à l’esprit. Gabriel va donc devoir enquêter...

Ce roman est plus noir que les Chroniques de San Fransisco même si on y retrouve le ton jubilatoire de l’auteur. Les thèmes abordés sont il est vrai difficile, on y parle beaucoup des ravages du sida qui ont marqué la génération de l’auteur à San Fransisco, mais aussi des relations entre un père et un fils, particulièrement pour un homosexuel.

Mais ce roman est surtout une réflexion sur l’existence réelle des personnages de roman et sur leur liens avec les références autobiographiques de l’auteur. La Postface est en ce sens particulièrement étrange, à la fois pirouette comme pour boucler sa saison de radio-diffusion et véritable message sur les clés autobiographiques d’un message.

Le tout est très plaisant et les personnages, comme toujours avec Maupin, particulièrement empathiques et agréables. Idéal pour lire au bord de la piscine !