Un blues de coyote de Christopher Moore

ovni litteraire hilarant

Un blues de coyote

Le samedi 10 septembre 2005 par channe01

Quand on ferme ce bouquin, on a un grand sourire sur le visage et encore quelques crampes dans les côtes. On a eu peur, on s’est ému, on a réfléchi mais on a beaucoup ri.

C’est comme un voyage initiatique, une quête, qui ressemble à un labyrinthe, à un puzzle dont les morceaux changeraient de forme au fur et à mesure.

Le héros, un homme de 35 ans qui a renié ses racines indiennes pour des raisons pratiques. Et celles-ci s’imposent à lui à travers le personnage du coyote qui débarque chez lui à l’improviste et met sa vie sans dessus dessous. Dans le même temps, il tombe en amour... De chute en chute, il frôle l’abîme de la mort, de la ruine (mais ça, ce n’est pas grave) et on le suit à la trace. On ne veut pas le lâcher si bien que la nuit est brève et le lendemain difficile. Mais l’action bienfaisante de ce livre sur les zygomatiques permet de récupérer rapidement. Avec pour seule angoisse de ne pas retrouver un bouquin à la hauteur de celui-ci.

C’est une bonne leçon de vie, un conte philosophique. C’est inracontable, non résumable. C’est.... Bien.

Comme une dérive jusqu’au bout de la nuit avec des personnages de dessins animés, des légendes, des mythes, des humains sympas comme on voudrait en rencontrer tous les jours. Enfin presque parce que ce serait déstabilisant peut être à la longue. Même les personnages irascibles sont hilarants de par leur stupidité.

A LIRE ABSOLUMENT !


  • Un blues de coyote  21 juin 2007
    J’ai lu "L’agneau" et j’ai tellement adoré que oui je vais l’acheter, le lire (dans cet ordre c’est toujours mieux). Merci pour votre superbe critique.
    Répondre à ce message