The Unforgiven, de Patricia MacDonald de Patricia MacDonald

Une vengeance très calculée

The Unforgiven, de Patricia MacDonald

Le samedi 16 juin 2007 par Sheherazade

Lorsqu’elle arrive sur la petite île au large de la Nouvelle-Angleterre, Maggie Fraser espère enfin pouvoir oublier les douze abominables années qu’elle a passé en prison pour un meurtre qu’elle n’avait pas commis.

Dire que son arrivée au journal du patelin, où le directeur lui offre un emploi, soulève l’enthousiasme serait très surfait ; l’une des employées la prend immédiatement en grippe, convaincue que Maggie est là pour lui voler son job, l’autre plus jeune, comprend bien vite que le rédacteur en chef est attiré par la jeune femme ; en l’absence du patron du journal, c’est d’ailleurs le rédac-chef qui lui confie quelques piges et petits reportages.

Ce que Maggie ignore, c’est qu’elle a été attirée sur l’île par quelqu’un qui a juré sa perte, quelqu’un qui connaît son passé et qui a l’intention de le lui faire payer.

Le lecteur comprend rapidement qui a décidé la perte de la jeune femme ; en fait tout au long de ce thriller, assez haletant, est de savoir si Maggie va se tirer ou non de tous les pièges que le vengeur inconnu pose sous ses pas.

Patricia MacDonald écrit des thrillers dont la trame de base est souvent la famille. Ici, dans cette histoire de vengeance, la famille joue un rôle également, mais plus lointain. Il s’agit surtout d’une vengeance implacablement étudiée qui doit mener l’héroïne à sa perte.

En général, ce sont plutôt les adolescents qui sont au centre de ses romans ; elle aime les histoires où parents et enfants ont des relations antagonistes et compliquées, avec plein de cadavres dans les placards ! Ici, une partie de l’intérêt du roman réside en la mentalité suspicieuse de la petite bourgade, isolée, où les nouveaux venus sont promptement considérés comme des coupables.

« The Unforgiven » est un roman assez difficile à lâcher une fois entamé, car le suspense est bien réel ; il est toutefois écrit dans une langue assez simple, le rendant assez peu intéressant à lire au niveau de l’écriture et de la beauté du texte.

Mais bon, ce sont les vacances ; à ce point de vue-là, ce polar psychologique est parfait.


  • The Unforgiven, de Patricia MacDonald  25 novembre 2007
    C’est un livre qui m’a beaucoup plu. La façon que l’auteur décrit chaque fait et geste de chaque personnage est sublime. Le seul défaut est que ce n’est pas un vocabulaire très élaboré.
    Répondre à ce message