The Celtic Riddle de Lyn Hamilton

The Celtic Riddle

Le lundi 4 juillet 2005 par Sheherazade

Lara McClintoch, co-propriétaire d’un magasin d’antiquités à Yorkville, quartier huppé de Toronto, adore voyager afin de découvrir des pièces rares susceptibles de plaire à sa clientèle. Le problème c’est qu’en plus d’avoir réellement l’oeil pour dégoter des pièces originales, elle a aussi l’art de dégoter un meurtre !

Pourtant, son voyage vers County Kerry en Irlande était purement d’agrément ; elle y accompagne, avec un copain et sa fille, son vieil ami et collègue Alex.

Un certain Eamon Byrne a lègué à ce dernier un petit cottage au fond de sa formidable propriété. Le testament est des plus étranges, sous forme de cassette video ; les commentaires acerbes que Byrne lègue à sa famille ne rendent pas non plus la vie facile aux invités canadiens déjà pas des plus bienvenus.

Toutefois la surprise arrive sous la forme d’une chasse au trésor ; dans un dernier sursaut pour réunir sa famille, Byrne leur a laissé à tous une enveloppe contenant un indice ; pour trouver le trésor, tous les indices doivent être rassemblés d’où une collaboration nécessaire entre les membres de cette famille peu sympathique. Les indices sont les vers du très beau poème celtique "Le Chant d’Amairgen" ; à ceux qui les récitent à lire entre les lignes.

La chasse au trésor - à peine commencée - se transforme rapidement en une chasse à/aux assassin(s), meurtres et tentatives de meurtres se succédant.

Lara ne peut s’empêcher de se mêler de cette affaire, malgré les injonctions de ses amis et c’est de justesse qu’elle échappera à la mort après avoir découvert un assassin au mental très perturbé.

Lyn Hamilton a mélangé un peu d’archéologie liée aux mythes celtiques dans cette enquête de son héroïne récurrente. Elle a obtenu le prix de la "Crime Writers Association of Canada" pour son tout premier roman, mais j’avoue que la partie archéologique de ce polar-ci m’a laissée sur ma faim. Sinon, elle décrit joliment les paysages d’Irlande et ses personnages (assez nombreux et pas toujours simples à suivre) sont plutôt bien développés.