Stupeur et Tremblements de Amélie Nothomb

Stupeur et Tremblements

Le jeudi 6 mars 2003 par Dadoo

Roman autobiographique, Stupeur et Tremblements raconte la première expérience professionnelle d’Amélie Nothomb. Née au Japon puis partie en Chine, Amélie est restée profondément attirée par cette civilisation millénaire. Son diplôme en poche elle fait tout ce qu’elle peut pour rentrer dans une grosse boîte japonaise.

Hélas, tout ne se passe pas comme prévu... malgré ses efforts méritoires il lui sera impossible de s’intégrer dans cette société dure et machiste.

Son roman raconte son contrat d’un an, où tout va de mal en pis : engagée comme interprète elle dégringole au poste de comptable (alors que les chiffres lui donnent mal à la tête) puis dame-pipi...

Dans un style jubilatoire, Amélie Nothomb nous montre de l’intérieur ce système clérosé de l’entreprise japonaise pendant les années 90 : pas d’initiatives possibles, brimades au quotidien, deshumanisation des rapports etc.

Son réquisitoire est terrible et pourtant on sent qu’elle a fait tout son possible pour s’intégrer.

Entre sa supérieure et elle se crée un lien de sado-masochisme fortement teinté de connotations sexuelles. Elle a cependant la lucidité de l’accepter tel quel et on finit par plaindre le bourreau naïf...

En bref, c’est un roman formidable et j’ai hâte d’aller voir le film...

Pour continuer :
-  l’article de Flu
-  Sur l’Express, une comparaison entre le Jardin Yamata et Stupeur et Tremblements

(JPEG)

  • Stupeur et Tremblements  6 mai 2008

    se roman est super bien écrit

    on a envi de la voir réussir, mais d’un coté la voir dégrungolé est a la foi triste et captivant (jusqu’a ou elle va aller) mdr

    je lé lut a 14 ans


    Répondre à ce message
  • > Stupeur et Tremblements  29 novembre 2003, par alex
    Le livre, autant que le film, ne peut pas vous laisser indifférent. Amélie nous montre la vie cruelle entre les employés d’une grosse entreprise ; ici, c’est encore pire car le fossé entre la culture japonaise et européenne est sans fond. On s’attache à Amélie et on aimerait qu’elle réussisse au Japon, mais ce sera dans une autre vie.
    Répondre à ce message
  • A lire impérativement !!  26 novembre 2003

    Ce livre est purement et simplement du bonheur. C’est malheureux à écrire, mais cette descente sociale est vrai régal, on s’indigne pour l’héroïne, on rit à son indifférence on se sent triste devant sa servitude...et on reste bouche bée quand on apprend à la fin qu’il s’agit d’une histoire vraie !

    Je le conseille aux jeunes et aux moins jeunes, c’est un bouquin où tout le monde peut y trouver son compte.


    Répondre à ce message