Six Appeal de Janet Evanovich

Six Appeal

Le dimanche 6 mars 2005 par Mc BERNICK

Si vous l’ignoriez encore, apprenez que Stéphanie PLUM a dû, pour des raisons bassement matérielles, se faire embaucher par son cousin Vinnie, lequel tient une agence de cautionnement à New-York. Avant, Stéphanie vendait de la lingerie fine mais, les temps étant ce qu’ils sont, même aux USA, elle traque désormais le prévenu qui a « oublié » de se présenter à son audience préliminaire devant le juge. En bref, elle est « chasseuse » de prime - un peu comme Steve Mc QUEEN dans « Au Nom de la Loi », si vous voulez.

Le sixième opus des aventures de Stéphanie PLUM va poser à celle-ci un cas de conscience. En effet, son deuxième « amoureux » préféré et favori, Ranger, qui est aussi un collègue de travail des plus efficaces, s’est vu agrafer pour port d’arme sans permis - une bagatelle, quoi et rien ne serait arrivé s’il n’était pas tombé sur un "bleu". Ce qui est plus ennuyeux, c’est qu’il ne s’est pas déplacé pour son audience et que, par conséquent, l’agence pour laquelle il travaille habituellement doit le rappeler à ses devoirs de citoyen.

L’affaire est confiée à l’ennemie jurée de Stéphanie, Joyce BERNHARD - que Stéphanie surprit un jour dans les bras de son propre mari. Pendant ce temps, Stéphanie - qui a un faible accentué pour Ranger - se met évidemment en quatre pour sortir son ami et mentor de la situation périlleuse dans laquelle il s’est fourrée : meurtre du fils d’un trafiquant d’armes, imbroglio avec un caïd de la drogue, valise bourrée d’argent ayant mystérieusement disparu et dont le dernier porteur aurait été Ranger, trafiquant d’armes obligé d’arrêter de fumer pour raison de santé mais s’y refusant et prenant donc la tangente pour fumer en cachette, etc, etc ...

Pas un seul instant on ne s’ennuie dans ce « Six Appeal » où la grand-mère de Stéphanie, l’incroyable Mamie Mazur - 90 ans aux prunes et une vie sexuelle toujours aussi débridée - débarque dans le petit studio de la jeune femme parce qu’elle ne s’entend plus avec sa fille et son gendre et décide de passer son permis de conduire. Signalons que Mamie Mazur se promène avec un gros revolver toujours chargé dans son sac à main, "au cas où ..." Elle décide même de postuler au même emploi que sa petite fille, chez le cousin Vinnie qui ne sait plus à quel saint se vouer.

Evidemment, Ranger sera sauvé - il est d’ailleurs innocent de tout ce dont on l’accuse mais vous l’aviez compris. Cependant, si vous voulez savoir s’il parviendra à supplanter Joe MORELLI, amant en titre de Stéphanie, dans le cœur de la jeune femme, eh ! bien, vous serez obligé de lire « Sex Appeal » en entier. Avec plaisir, n’en doutons pas car le style est léger, drôle, parfois féroce. Janet EVANOVICH ne se prend pas au sérieux une seule minute - et tout son charme réside dans cette particularité. Quant à ses personnages secondaires, ils sont en général extrêmement savoureux - tout particulièrement ici. Bonne lecture !


  • > Six Appeal  13 avril 2005, par cyame
    j’adore la série stéphanie plum et je vais commencer septième ciel. je sais qu’il y a encore deux autres livres sur cette séries et j’aimerais savoir quels sont les titre et quand ils vont sortir. si quelqu’un le sais contactez moi pour me le dire svp merci d’avance
    Répondre à ce message
  • > Six Appeal  7 mars 2005, par bastet

    j’i beaucoup apprécié Stephanie Plum au début de ses aventures et puis je me suis lassée, j’ai eu l’impression que Janet Evanovitch réécrivait sans arrêt la même histoire, avec humour évidemment, mais un peu lassant quand même, manquant d’originalité. Je sais toutefois qu’elle fait beaucoup rire l’une de mes copines américaines avec qui je partage un autre site de lecture.

    Il est vrai que les livres ne doivent pas servir qu’à faire réfléchir, ils doivent aussi délasser, divertir.


    Répondre à ce message
    • > Six Appeal 8 mars 2005, par MC BERNICK

      Ma chère Bastet,

      Tu es dans le vrai : c’est toujours la même histoire. Certains opus plaisent cependant mieux que d’autres - "La Prime", par exemple, le premier ouvrage, ne m’a vraiment pas enthousiasmée.

      Ceci dit, je sortais de la lecture de "T ... R ... : discours, etc ..." à l’époque et j’avais besoin de m’aérer un peu. ;-)

      Un auteur comme WESTLAKE, par exemple, me paraît supérieur.

      A plus !


      Répondre à ce message
      • > Six Appeal 10 mars 2005, par bastet
        oui, je te comprends, mcbernick - après un livre faisant l’apologie de la haine, j’imagine que stephanie plum était une bouffée de bonne humeur
        Répondre à ce message
        • > Six Appeal 10 mars 2005, par MC BERNICK

          Plus exactement, un livre démontant le mécanisme de discours haineux singulièrement éprouvants ... :o)

          Ceci dit, je viens de m’acheter aujourd’hui "Histoire d’Os" de WESTLAKE et surtout "Beau Monstre" - titre français idiot, comme d’habitude : en anglais : "Aftermath" - roman qui est le fait de Peter ROBINSON dont j’ai lu, ça fait pas mal de temps, le remarquable "Saison Sèche." C’est pour ça que j’ai flashé.

          On verra bien ce que ça donnera.

          A plus ! ;-)


          Répondre à ce message
          • > Six Appeal 11 mars 2005, par bastet

            euh, désolée mcbernick, mais "Beau Monstre" n’est pas "Aftermath" en anglais - c’était " A dedicated man ", dont j’ai eu le plaisir de faire un compte rendu sur le site. Et tu as raison, le titre français est idiot en ce sens qu’il dévoile une partie de l’intrigue.

            j’ai presque toute la série des Robinson à la maison, et "A dry season" est sur la liste des livres en attente de lecture. "Aftermath" est l’un de ses plus récents, en fait c’est l’antépénultième, puisque Robinson vient d’écrire une nouvelle enquête de Banks, qui n’a pas encore été traduite. De toute façon, vu la façon dont on édite les traductions, on a eu le temps de vivre la vie de Banks à rebours !


            Répondre à ce message
            • > Six Appeal 11 mars 2005, par MC BERNICK

              Hello !

              J’ai commencé "Beau Monstre" hier et il a l’air pas mal ...

              En recevant ton message ce matin, j’ai vérifié - non que je misse ta parole en doute mais plutôt parce que j’avais des inquiétudes sur ma mémoire - et je confirme : dans l’édition LIVRE DE POCHE, ils donnent bien "Afermath" comme titre original !

              Ah ! Les traductions ! Toutes les fois que je lis un livre aussi simple que le premier "Harry POTTER" dans sa langue originelle et que je le compare ensuite à sa traduction française, je suis, comme toi, épouvantée !!!!! Il y a beaucoup à dire sur le sujet des traductions. La tradition veut que les langues vivantes soient mal enseignées en France - et le français lui-même, n’en parlons pas - mais tout de même, gros, c’est gros !

              Sur ce, je file - j’ai un abcès dentaire ... :o((

              A plus et bonne journée, Bastet ! ;-)


              Répondre à ce message
              • > Six Appeal 11 mars 2005, par bastet

                oui, c’est comme on a dit dans le forum : traduction = trahison !

                bon courage pour l’abcès dentaire, je préfère que ce soit toi que moi ;-)


                Répondre à ce message
              • > Six Appeal 11 mars 2005, par bastet
                à propos, chapeau pour le superbe subjonctif - un temps que j’adore et qui tend à disparaître de la conjugaison, sauf de la conjugaison italienne où il est utilisé sans arrêt, surtout dans la langue parlée - alors que le passé simple est monnaie courante en langage écrit. Dois-je le dire que j’adore les langues !
                Répondre à ce message
                • > Six Appeal 12 mars 2005, par Feline

                  Comment un fuseau sur "Sex Appeal" se transforme en une discussion sur Peter Robinson ;-).

                  Mais je vois que la secte des fans de Peter Robinson s’étoffe de plus en plus !

                  D’ailleurs dès que j’ai fini ma brique, j’en attaque un autre. Mais c’est vrai que comme le dit Bastet, c’est dommage qu’en français, on remonte l’histoire à rebours.

                  A propos de Peter Robinson, en complétant ma collection, j’en ai acheté un dans lequel n’apparait apparemment pas l’inspecteur Banks. Il s’agit de "Qui sème la violence". Quelqu’un l’a lu ? Qu’en penser ?


                  Répondre à ce message
                  • > Six Appeal 13 mars 2005, par bastet
                    oui tu as raison, c’est amusant, féline, ces méandres de la conversation, même virtuelle ... très chouette aussi !
                    Répondre à ce message