Rouge sombre de Viviane Moore

Rouge sombre

Le jeudi 27 mai 2004 par Sheherazade

La grande marée d’équinoxe d’automne approche, le vent du nordet glacial, balaye l’estuaire de la Seine. Une baleine s’y est perdue en ce jour de septembre 1145.

Conduits par Rurik le Danois, tous les hommes du village de Jumièges se mettent à la chasse à la baleine ; cet animal signifie pour le village plusieurs jours de nourriture, des réserves pour l’hiver, de l’huile pour s’éclairer.

Cependant, pour cette population frustre et superstitieuse, la baleine c’est également le Diable ! C’est pour cela qu’ils tolèrent le chasseur danois, lui au moins il peut être damné, c’est un païen de toute façon.

Galeran de Lesneven arrive à l’abbaye de Jumièges en compagnie du jeune moine Odon de Lisieurs ; l’évêque de Lisieux les a mandés pour enquêter sur des événements aussi graves que mystérieux.

Les deux enquêteurs buttent immédiatement sur le crime du sacristain, surnommé "la Peur", tant il craignait tout même son ombre. Ce meurtre est suivi de près par celui de la charmante intrigante Edel, promise au palefrenier du village, mais peu avare de ses charmes auprès des autres notables villageois.

Toute la population se ligue contre l’"étranger" Rurik et pour l’innocenter, le chevalier doit faire appel à toute sa sagacité afin de faire parler la jeune cousine d’Edel, encore sous le choc de la mort de son amie.

Pendant ce temps, Galeran et Odon sont confrontés à une affaire de reliques volées et doivent faire la lumière sur les agissements du frère Gachelin, fils cadet d’une lignée importante et qui fut donné à l’abbaye comme oblat. Le chevalier breton dévoilera toute la vérité sur les faits dont Odon et lui sont chargés, mais ils auront eu fort à faire avec un meutrier particulièrement sournois et dangereux.

Viviane Moore nous entraîne dans une aventure moyenageuse pleine de superstition et d’injustices. Elle nous fait cotoyer un monde villageois vivant et la vie bien réglée d’une abbaye.