Rien qu’une histoire d’amour de Jean Failler

Rien qu’une histoire d’amour

Le mercredi 16 février 2005 par Sheherazade

Depuis que l’écrivain Jean Failler a passé la plume à son alter ego littéraire, le capitaine de police Mary Lester est seule maître à bord de la rédaction de ses aventures.

A l’occasion d’une visite au cimetière de Douarnenez, Mary Lester vient en aide à une vieille dame qui se sent mal. Ensemble elles prennent le thé et Claire Thaler, ci-devant Marvoyer, lui conte sa triste histoire. 40 ans auparavant elle a failli épouser Robert Bosser, malgré l’opposition de sa famille. Cette dernière, avec l’aide d’autres personnes peu recommandables, ont oeuvré pour que le mariage échoue, Romeo-Bosser s’est retrouvé à l’hôpital, ensuite a été accusé d’escroquerie et sa Juliette-Claire a épousé un homme aussi mesquin que son père ; à la mort de leur unique enfant, elle a divorcé et réussi en affaires mais n’a pas oublié son amour de jeunesse. Elle a donc fait parvenir un dossier à Mary Lester.

Deux semaines plus tard, celle-ci est convoquée par la gendarmerie du Morbihan car elle est suspectée de la mort de Madame Thaler ; le médecin légiste n’a pas encore établi s’il s’agit d’un accident ou d’un crime, mais en attendant Mary Lester doit rester à la disposition de l’enquête ! Pourquoi ? d’autant plus qu’elle n’a rencontré la brave dame qu’une seule fois ! Tout simplement parce que celle-ci lui a légué sa magnifique propriété des Charmettes !

Pour Mary Lester, bien qu’elle se soit empoignée verbalement avec le gendarme qui l’accusait, il ne fait pas de doute que Claire Thaler a été assassinée, aussi décide-t-elle de reprendre l’enquête en main, avec un léger coup de pouce du commissaire-divisionnaire Fabien. Elle va donc remuer la vase, remonter l’histoire de la famille Marvoyer et de Robert Bosser, ce qui va déplaire à beaucoup de monde, y compris et surtout au juge ayant condamné Bosser pour escroquerie. Mais tout le monde connaît le capitaine Lester : lorsqu’elle tient une piste, inutile de tenter de la faire changer d’avis.

J’ai vraiment l’impression que la veine de Jean Failler s’essouffle ; les enquêtes de Mary Lester deviennent moins passionnantes qu’au début de ses aventures. Le sujet de celle-ci : un retour dans le temps afin de découvrir un crime présent, est vieux comme l’histoire des polars et j’avoue qu’à part quelques personnages typés, comme l’adjudant de gendarmerie Oliveira, cette enquête perd vite de son intérêt. Il n’était pas difficile du tout de deviner qui a attenté à la vie de la victime, ni de la lâcheté de tout un village préférant se mettre du côté des plus forts à une époque où les jeunes filles de bonne famille n’étaient pas censées épouser l’homme que leur coeur avait choisi. Par ailleurs, le fait d’avoir passer le flambeau à son personnage principal n’ajoute strictement rien au dynamisme des aventures de Mary Lester.

J’ai été une grande "fan" de cette série parce que le personnage principal était percutant, sympathique, volontaire et tenace et surtout parce qu’à chaque aventure le lecteur se retrouve dans un petit coin de cette Bretagne chère à mon coeur, mais j’avoue que la Bretagne reste la seule raison pour laquelle je lis les enquêtes de Mary Lester.


  • Je trouve ton avis assez dur bastet  9 mai 2005, par Morcar

    J’ai moi même trouvé que la série des enquêtes de Mary Lester s’essouflait à un moment (à partir du moment où elle avait démissionné de la police surtout, pourtant cette idée aurait pu apporter des nouveautés intéressantes dans la série) mais depuis Le renard des grêves, son niveau est remonté, et je trouve que dans "Rien qu’une histoire d’amour", les personnages sont très intéressants, et surtout les méthodes de Mary Lester à la limite de la légalité sont toujours aussi drôles.

    Ce n’est à mon avis pas le meilleur roman de la série, mais un des meilleurs je pense.


    Les enquêtes de Mary Lester - Site non officiel
    Répondre à ce message
    • > Je trouve ton avis assez dur bastet 9 mai 2005, par bastet
      d’accord pour les méthodes, moins pour certains personnages et surtout je commence à en avoir par dessus la tête de la misogynie de l’auteur
      Répondre à ce message
      • > Je trouve ton avis assez dur bastet 12 janvier 2006, par Morcar

        Je n’ai jamais ressenti cette misogynie dont tu parles dans les romans de Jean Failler, et tu es la seule personne que j’entends dire ceci des enquêtes de Mary Lester. Comment peut-on qualifier de misogyne un roman dont l’héroïne exerce un métier encore très masculin aujourd’hui ? Bon d’accord, Mary Lester fait un peu garçon manqué, mais quand même !

        Pour moi, "Rien qu’une histoire d’amour" est bien au dessus de "L’or du louvre" ou "Forces noires" quand même.


        Site non officiel des enquêtes de Mary Lester
        Répondre à ce message
        • > Je trouve ton avis assez dur bastet 13 janvier 2006, par bastet

          je n’ai jamais donné mon avis sur un livre pour que l’on soit d’accord avec moi ; ainsi que je le répète très souvent, heureusement que nous avons tous des goûts, des avis, des opinions qui diffèrent sinon le monde serait l’endroit le plus ennuyeux qui soit.

          ceci dit, si vous étudiez de près les personnages - abstraction faite de l’héroïne principale - vous constaterez peut être que très peu de personnages féminins sont sympathiques ; les commentaires sur leur caractère sont quasi toujours péjoratifs


          Répondre à ce message