Qumran de Eliette Abecassis

Aux origines des religions

Qumran

Le jeudi 8 avril 2004 par Sheherazade

En 1947 un jeune Bédouin découvre des manuscrits dans le Wadi Qumran, les fameurs Rouleaux de la Mer Morte, écrits par la secte des Esséniens qui les cachèrent dans de grandes vasques en terre cuite scellées d’une manière à les mettres à l’abri de l’air et de la lumière. Ces manuscrits étaient dans un parfait état de conservation après avoir été cachés dans ces grottes de Qumran lorsque les Romains ravagèrent toute la contrée.

Ary Cohen et son père David qui est un descendant en ligne directe de la tribu d’Abraham, archéologue et historien, sont contactés par leur ami Shimon Delam afin de retrouver l’un des rouleaux, probablement le plus important et le plus révélateur. Depuis leur découverte, les rouleaux n’ont cessé d’inspirer la cupidité et l’un d’eux a été dérobé il y a longtemps. Ainsi débute la quête dangereuse de nos héros.

Ary est un garçon extrêmement religieux, juif orthodoxe, vivant selon les principes très précis du judaïsme dans la petite enclave de Mea Sharim, dans Jerusalem, ville dans la ville et totalement hors du temps. Seul le rabbin règle leur existence.

Shimon Delam demande à ses amis de retrouver le rouleau manquant car celui que l’on soupçonne du vol a été retrouvé crucifié.

Quel secret renferme donc ce rouleau particulier, pour qu’il coûte la vie à tous ceux qui l’ont eu entre les mains ? Est-il en rapport avec la vie et la mort de Jésus ?

En tout cas, la commission catholique du Vaican essaie à tout prix de le retrouver pour en empêcher la divulation qui mettrait en question l’origine même du christianisme. La quête d’Ary et son père les conduit de Jerusalem à New York, ensuite à Londres et Paris ; tous ceux qu’ils approchent ou tentent de rencontrer meurent d’une manière violente, atroce, par crucifixion.

Lorsque son père est enlevé aussi, Ary, désespéré et craignant le pire, retourne à Jerusalem en compagnie de Jane, une jeune journaliste qui l’aime d’un amour impossible puisqu’elle n’est pas juive, donc impure pour ses préceptes rigides à lui. A Jerusalem, le jeune homme poursuit ses recherches car il est convaincu que c’est là que se trouve la clé de l’énigme et le secret de son père.

Qumran est un livre passionnant, presque impossible à résume tant il est dense. Le réduire à un simple polar serait lui faire injure, malgré les morts qui tombent et l’enquête du héros. Il ne doit pas non plus être réduit à la simple enquête policière menée par Ary et son père. Pas non plus uniquement documentaire et cependant, un excellent document sur les religions judeo-chrétiennes et leur origine, de par sa grande culture théologique, notamment à propos de ces célèbres Rouleaux de la Mer Morte qui ont suscité tant de polémiques.

Ce livre est également d’un grand intérêt sur le passé historique et archéologique d’Israel et un formidable roman d’aventures et de réflexion. Malgré quelques passages un peu longs inspirés des textes de la Bible et par les rouleaux eux-mêmes, cette enquête initiatique devient de plus en plus passionnante au fur et à mesure que l’histoire se démêle sous nos yeux. Je le recommande vivement à toutes celles et tous ceux que l’histoire des civilisations et des religions intéresse, qu’ils soient croyant(e)s ou non.


  • > Qumran  3 septembre 2005, par taureau

    Sur le livre " Qumran "

    Shimon Delam demande a ses amis de retrouver le rouleau manquant,car celui que l’on soupçonne de vol a été retrouvé crucifié.

    Qui est celui que l’on soupçonne de vol qui a été crucifié ? puisque l’auteur dit qu’il a été crucifié c’est que l’on sait qui est-il ?.

    Puisque le rouleau volé n’est pas ressorti au milieu quel serait l’intéret du livre " Qumran ".

    Mais je lis dans une publication que le Vatican s y interesse énormement

    Salutations.


    Répondre à ce message
  • > Qumran  24 octobre 2004, par Michèle
    j’aurai pu écrire (en moins bien) ce commentaire, ce livre ainsi que L’Or et la Cendre et Le Trésor du Temple sont extrèmement bien documentés et pour moi ont par là même un véritable intérêt, vulgarisant la si complexe théologie pour le commun des mortels. Merci à Eliette Abecassis, et à son père que j’ai déjà entendu en conférence et qui a lui aussi l’art d’être très clair . Merci encore.
    Répondre à ce message
  • > Qumran  22 juin 2004, par Dadoo
    Sur tes conseils élogieux j’ai décidé de lire Qumran. Certes l’histoire est portée par une certaine érudition qui met en scène l’origine du Christianisme avec beaucoup d’intérêt, néanmoins j’ai trouvé l’intrigue "policière" indigne d’une telle érudition. Les effets de manche sont légions, le récit est parfois un peu lourd et au final on n’en retire pas grand chose il me semble. Bref j’ai été un peu déçu par ce livre que je déconseille malgré la matière première intéressante...
    Répondre à ce message