Qui a tué Toutankhamon de Christopher Carter

Je vous le dis tout de suite : ce n’est pas moi !

Qui a tué Toutankhamon

Le jeudi 6 janvier 2005 par Sheherazade

La malédiction que l’on associe à la découverte du tombeau de Toutankhamon aurait-elle encore frappé ?

Lord Percival Kilvanock, le séduisant, érudit criminologue, ami du Yard, est appelé à l’aide par Angus Dodson afin d’élucider le meurtre d’Adalban Terraven, un égyptologue amateur. Il n’en faut pas plus pour que les rumeurs sur la soi-disant malédiction de Toutankhamon revienne dans les esprits. Le corps de Terraven a été découvert dans un sarcophage du musée privé St-John Soane à Londres. Seuls indices : quelques poils de lapin et une aile de papillon.

Les suspects sont nombreux, de l’ex-maîtresse, princesse égyptienne en exil, au financier et ami qui gérait tant bien que mal les finances familiales malmenées par Terraven, en passant par un défenseur des momies, une publicitaire hystérique et une charmante jeune femme, amie des papillons.

Chaque suspect se fait un plaisir d’accabler les autres. Par ailleurs, l’homme à tout faire de Terraven, un certain Dyg, plutôt roi de la débrouille et petit voleur, ayant disparu, semble avoir un lien avec chacun des suspects, mais plutôt pour les avoir gruger ; cependant il contact Kilvanock pour lui faire des révélations, hélas les enquêteurs arrivent trop tard, Dyg a également reçu trois balles dans le buffet. Une nouvelle agression, heureusement ratée, sur le financier et ami de Terraven met la pression sur Kilvanock et Dodson comprenant que l’assassin n’a certes pas l’intention d’en rester là.

Après des débuts prometteurs avec «  Le Dernier crime d’Agatha Christie » premier polar, très ingénieux, de la série mettant en scène l’élégant Lord Kilvanock et son « Watson », le sympathique et rondouillard inspecteur en chef Dodson, l’auteur semble s’essoufler et cette nouvelle enquête de Christopher Carter est assez décevante. Les dialogues sont plats, pas vraiment bien écrits, l’humour que l’auteur glisse dans les descriptions deviennent vite redondantes et lassantes, mêmesi la description des personnages reste parfois amusante, le plus original d’entre eux étant sans conteste le légiste, grand amateur de vodka et de tenues excentriques.