Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim

Psychanalyse des contes de fées

Le jeudi 6 mars 2003 par Dadoo

En tant que psychanalyste spécialiste des enfants, Bruno Bettelheim nous livre ici une étude particulièrement pertinente des contes de fées du point de vue psychanalytique. Sa thèse principale est la suivante : les contes de fées nous parle au niveau préconscient de nos angoisses et nous permette de mieux les affronter, particulièrement pour les enfants.

En effet bien loin d’être violents et sanguinaires, les meilleurs contes de fées sont souvent les reflêts imagés de nos rêves et angoisses. En disséquant avec précision plusieurs contes de fées universels (La Belle et La Bête, Cendrillon, Le petit Chaperon Rouge etc.) Bettelheim les explique à la lumière des drames intérieurs par lesquels passe tout enfant : Oedipe, la peur d’être abandonné, les hontes sexuelles etc.

Il montre à quel point le temps à permis de forger des symboles très forts qui parlent à notre inconscient. De plus ces symboles permettent à l’enfant de ressentir fortement et inconsciemment des choses qu’il est incapable de concevoir et à fortiori d’exprimer.

Par exemple il nous explique que les figures de la mère, de la belle-mère et de la bonne maraine de Cendrillon ne sont finalement que trois aspects présents chez toutes les mêres : la mère aimante et exclusive du nourrisson, la mère qui veut vivre sa vie en plus de sa maternité et avec laquelle le jeune enfant se sent abandonné et enfin la mère post-oedipienne acceptée par l’enfant qui a su dépasser le stade de l’oralité.

Ces explications peuvent à priori paraître un peu capilotractées pour ceux qui comme moi ne sont pas familiers avec la psychanalyse. Il n’empêche que ces explications sont particulièrement convaincantes et certains aspects des contes de fées paraissent difficile à expliquer sans cette lumière.

Après avoir lu ce livre on est obligatoirement convaincu de l’intérêt des contes de fées dans la construction psychique d’un enfant et je pense qu’on ne les lit plus tout à fait avec la même innocence !

Il était une fois... les contes de fées (exposition à la BNF)


  • Psychanalyse des contes de fées  26 septembre 2007
    lorsque le jeune garçon fait faire des bottes au chat botté cela symbolise qu’il est enfin capable d’avoir des erections car dès lors il se rassure sur sa virilité (dont il doutait avant car son père l’avait féminisé en ne lui léguant qu’un petit chat).

    Répondre à ce message
  • > Psychanalyse des contes de fées  14 avril 2005, par YM
    Bonjour à tous Je cherche à comprendre pourquoi le chat botté du conte de Perrault a des bottes ......... Quelle est la signification de ses bottes ? B Bettelheim analyse-t-il ce conte dans son livre ? Je n’ai rien trouvé dans ML von Franz .... Merci d’avance YM
    Répondre à ce message
    • > Psychanalyse des contes de fées 14 avril 2005, par bastet
      les bottes font partie du costume du chat se déguisant en serviteur, elles sont destinées pour "masquer" le fait qu’il ait des pattes et non des pieds... mais il n’y a rien de psychologique là dedans
      Répondre à ce message
    • > Psychanalyse des contes de fées 16 juin 2009, par Diotime
      8. LE CHAT BOTTE expose une cure où, pour conjurer la castration, il a fallu régresser jusqu’au sadisme oral. C’est une histoire d’hommes : un benjamin a été féminisé par son père. Dans l’héritage le mauvais père a donné le moulin à l’aîné, l’âne au second, et un petit chat ou châs, au dernier. Mais dès qu’il lui fait faire des bottes (dès qu’il peut avoir des érections) il est rassuré sur sa virilité et devient un Maître chat rephallisé. Cela fait surgir l’agressivité orale dans la chasse cruelle, pour faire des cadeaux au roi. Puis il doit régresser jusqu’au niveau utérin en se jetant nu dans l’eau de la mère, le lac. Alors, grâce aux ruses du chat, il peut affronter l’agressivité orale de l’Ogre, le terrible père castrateur qui accepte de se changer en lion puis en souris, vite avalée par le chat. Le marquis de Carabas reçoit alors l’héritage du bon père (le roi), de grands biens et une femme passive. Le chat, devenu grand seigneur, ne courut après les souris que pour se divertir.
      Répondre à ce message
      • > Psychanalyse des contes de fées 20 février 2013, par Norah
        J’aimerais savoir comment tu arrive à interpréter le fait que mettre des bottes à un chat, permet de rendre la virilité ou nous dit que le benjamin peu avoir des érections ? Est ce ton analyse ou sinon l’auteur explique t-il celle-ci ?
        Répondre à ce message
  • > Psychanalyse des contes de fées  16 septembre 2004, par bastet

    ce qui est, hélas, à porter au discredit de Bettelheim, c’était le manque de compréhension qu’il avait pour les mères (du moins vers la fin de sa vie), pour lui elles sont responsables de tous les maux, même de l’autisme alors que les recherches tenderaient à expliquer que l’autisme est grandement génétique. Ceci dit, j’apprécie énormément la "Psychologie des Contes de Fées", quoique j’aie une nette préférence pour Marie-Louise von Franz.

    ce que j’apprécie dans le conte en général, c’est qu’il ne se termine pas sur une morale ; la morale c’est l’affaire de la fable qui en a toujours une en conclusion.

    Le conte lui est un mythe en miniature, en condensé, résumant la plupart des archétypes de l’humanité. Il offre de multiples interprétations, au gré du lecteur. Il l’incite à aller au delà des apparences. L’italien Gianni Rodari a d’ailleurs dans ce domaine été bien plus loin que la simple analyse des contes, en aidant ses jeunes élèves à interpréter le conte à leur manière ; ses expériences d’écriture en compagnie des enfants sont un réel bijou d’invention, d’imagination.


    Répondre à ce message
  • Alice au pays des merveilles ???  15 septembre 2004
    Je souhaiterais savoir si Bruno Bettelheim a analysé Alice au pays des merveiles ?
    Répondre à ce message
  • > Psychanalyse des contes de fées  2 mai 2004, par Paglia Dimitri
    bonjour. je m’appelle Dimitri,je suis en seconde arts appliqués et je doit faire une synthèse sur la belle au bois dormant à partir de documents écrits epliquant le point de vue de la psychanasyse des contes de fées chez Bellelheim,Perraut et Grimm et mettre en relation leur différence de poin de vue.Etant très difficile a conprendre,j’aimerais volontiers des documents plus faciles à comprende.Ce serai très gentil à vous de me les envoyer le plus vite possible,ceci est très important.En vous remerciant.
    Forum sur Psychanalyse des contes de fées
    Répondre à ce message
    • > Psychanalyse des contes de fées 3 mai 2004, par Dadoo
      De mémoire il me semble que Bettelheim est assez dur avec Perrault. Il explique que Perrault a souvent vidé les contes de leurs substantifique moëlle en les rendant inoffensifs... contrairement aux contes de Grimm qui sont parfois assez durs mais qui parlent à notre inconscient.
      Répondre à ce message