Prendre d’aimer de Gisèle Ansorge

Prendre d’aimer

Le lundi 30 mai 2005 par bouquinovore

Séverine naît au début du XIXème siècle dans le Valais d’une Suisse moyen-âgeuse. C’est sa vie que nous conte ce roman, une vie très chargée, passionnante, déroulée dans ce roman historique très bien documenté, et notamment au niveau du vocabulaire : en effet, l’écriture emprunte quantité de mots et d’expressions au parler de l’époque. Un effet de style qui impressione et immerge immédiatement le lecteur dans le récit.

D’ailleurs, le titre lui-même date de cette époque : il signifie "prendre en affection, se prendre à aimer". Il annonce également la couleur, car la vie de Séverine, malgré qu’elle soit très dure, compte aussi sa dose d’amour.

Les quelques 400 pages s’avalent sans qu’on s’en rende compte. "Prendre d’aimer" est de ces livres que l’on referme à contre-coeur, que l’on aimerait voir se prolonger, parce que l’on aime son héroïne, on aime aussi les autres personnages, tous très réalistes et attachants, on aime la façon qu’a l’auteur de décrire ce siècle, de raconter les événements, dans une langue originale et passionnante.

Un livre que je conseille donc très fortement - malheureusement, il n’est édité qu’en Suisse, pour le moment. Jusqu’à ce qu’un éditeur français tombe sur cette perle...