Pilgrim de Timothy Findley

Pilgrim

Le vendredi 8 juillet 2005 par Raphaëlle

Ce roman est passionnant. L’histoire commence avec un suicide puis une "résurrection", malheureusement attendue par le suicidé. Malheureusement, car il espérait en finir une fois de plus. Pilgrim, le "héros", est en fait un homme âgé qui a traversé les siècles et l’histoire. Jung le prend en charge dans sa clinique psychiatrique et réussit à lui extirper sa vie par bribes.

Tout comme dans Grand Elysium Hotel, Findley réussit à tenir en haleine le lecteur.

Quatrième de couverture

17 avril 1912 : deux nuits après le naufrage du Titanic, un homme du nom de Pilgrim, auteur d’un livre fameux sur Léonard de Vinci, se pend dans son jardin à Londres. Il est retrouvé le lendemain et l’attestation de son décès est signée par deux médecins. Cinq heures plus tard, son cœur recommence à battre. La mort a refusé Pilgrim.

Réfugié dans le mutisme, Pilgrim est interné à la clinique psychiatrique Burghölzli de Zurich où l’un des médecins, Carl Gustav Jung, est immédiatement fasciné par ce cas hors du commun. Pilgrim, qui dit avoir vécu plusieurs vies, côtoyé Léonard de Vinci, sainte Thérèse d’Avila et participé à la construction de la cathédrale de Chartres, est-il un malade mythomane, un rêveur de génie ou la victime d’une étrange malédiction ?

Un roman ambitieux, fantastique, métaphysique, dans lequel apparaissent Henry James, Oscar Wilde, Monna Lisa... Un roman d’une construction brillante et hardie, à l’écriture jubilatoire.