Petits meurtres entre femmes de Andrea H. Japp

Petits meurtres entre femmes

Le lundi 14 avril 2008 par Sheherazade

Qu’ont en commun Sheenon, Annick, Karin, Véronique, la comtesse Stéphane de V., Elisabeta Spencer, Delphine, Jeanne et les autres ?

Tout d’abord le fait qu’elles soient des femmes. Ensuite, que d’une manière ou d’une autre, elles sont humiliées, mal mariées, méprisées par leur entourage.

Ensuite, chacune à sa manière réagira. Et les conséquences seront terribles compte tenu de la forme et de la durée de l’oppression. Chacune, à sa façon, va se délivrer du joug d’un mauvais mariage, d’un mauvais employeur, du harcèlement dont elle est victime face au machisme ordinaire.

Ces 8 nouvelles d’Andrea H. Japp m’ont fait passer tour à tour du sourire (un peu jaune quand même) à l’effroi pur et simple, sans oublier l’émotion qui vous serre la gorge, surtout pour la nouvelle intitulée «  Un Amour infini  ».

Chacune de ces nouvelles est surprenante, certaines par leur cynisme, par la cruauté, d’autres par leur ironie ou leur humour noir. Certaines encore m’ont réellement fait dresser les cheveux sur la tête et donné la chair de poule, j’ai évité les cauchemars mais de justesse, d’autant plus que je lis souvent au milieu de la nuit avant de me rendormir.

Il faut lire Andrea H. Japp, son sens aigu de l’observation de la nature humaine est sidérant ; je l’ai découverte tout récemment, mais je ne la lâche plus désormais.