Passion Simple de Annie Ernaux

Passion Simple

Le vendredi 16 juillet 2004

J’ai cité celui-là parce qu’il m’a profondément marquée mais j’aurais pu en citer tellement d’autres tout aussi impactant. Je suis une grande lectrice, je passe le temps vide à lire et c’est fou comme ça le remplit bien. Les livres d’Annie Ernaux particulièrement.

Passion simple, c’est comme une introspection, on a toutes vécu un épisode similaire, cette douleur d’aimer qui marque les chairs à jamais, cet abandon de soi qui conduit à la désespérance quand le temps n’est plus empli par l’autre. J’avais l’impression au fil des pages que cet auteur racontait mon histoire, l’histoire vraie de toutes les passions en fait, ce qu’on peut faire pour un regard ou le souvenir d’une courbe sur un corps, l’avilissement parfois, les mégots que l’on garde comme fétiches, l’attente, terrible, celle qui ne cesse pas, le coup de fil, le signe, qui ne vient pas, qui ne vient plus, puis quand on est sur le point de sauver sa peau, qui revient comme une gifle tellement exquise, tellement exquise s’il n’y avait pas l’absence atroce de l’ensuite, des pas feutrés qui disparaissent dans l’escalier, ce silence et les restes de volutes au dessus d’un canapé vide.

Après avoir lu passion simple, j’ai compris qu’on ne pouvait jamais être vraiment heureux, affectivement s’entend, car le bonheur de serrer, une heure, rien qu’une heure, le corps de l’autre, c’est la certitude du malheur à travers toutes les heures, tous les jours pendant lesquels il faudra vivre sans. Peut être toujours.

Merci Annie, en lisant ce livre (puis ensuite, tous les autres), j’ai su qu’on pouvait écrire comme on vivait, crûment, magnifiquement.

Plus le malheur est grand, plus il est grand de vivre, plus il est grand aussi de mettre des mots sur ces maux là.

Cécile Caëls. Dunkerque.


  • Passion Simple  25 juillet 2007, par Maxime Jobin
    Passion simple, bien que très court, nous fait devenir cette femme obsédée par un homme. Comme elle, il nous semble impossible de faire quoi que ce soit d’autre que d’attendre son appel (dans notre cas, attendre sa prochaine apparition dans le roman). La façon d’écrire de l’auteure fait en sorte que l’on comprend parfaitement cette femme, comme si nous avions vécu la même chose qu’elle, ce qui n’est pourtant pas toujours le cas. [...] Suite ici.
    Passion simple
    Répondre à ce message
  • > Passion Simple  7 octobre 2004, par luciecool
    L’article sur passion simple est très convain quant, mais moi j’ai lu la place et c’est aussi une histoire très captivente, elle nous parle beaucoup de son père et pas beaucoup d’elle. La fin est très triste et j’aimerais bien qu’il y ai une suite. Avant je m’interressait pas à la lecture et la avec ce livre tout à changer. C’est un conseil que je vous donne acheter la place
    Répondre à ce message
  • > Passion Simple  18 août 2004, par DEJEAN Anne
    Ce que vous dites est très vrai et me donne envie de découvrir ce livre là , merci J’ai quant à moi beaucoup aimé le livre de Christine Orban : le silence des hommes , où j’ai cru revivre moi aussi un peu de mon histoire ...Je vous le conseille Il y a des livres comme ça qui vous touchent plus que d’autres et vous ramènent à une part de vous .
    Répondre à ce message