O’ Artful Death de Sarah Stewart Taylor

O’ Artful Death

Le dimanche 17 octobre 2004 par Sheherazade

Sweeney St.George, experte en art et professeur-assistant au département d’Art et Architecture à Boston, spécialiste de l’art funéraire victorien, découvre un jour la photo d’un superbe monument funéraire qui se trouverait à Byzantium, dans le Vermont. La tombe l’intrigue particulièrement tant par la beauté artistique que par le symbole mortuaire qui ne serait pas d’époque victorienne. L’inscription l’intrigue également, la tombe est dédiée à une certaine Mary Elizabeth Denholm, morte à 18 ans et la dédicace est un superbe poème basé sur la Lady of Shalott de Lord Tennyson.

Quasi simultanéiment, le meilleur ami de Sweeney lui propose un Noël chez ses oncle et tente vivant justement à Byzantium ; le jeune professeur pourra ainsi découvrir le monument réel et rencontrr la descendante de la jeune morte. Bien que peu emballée par une fête familiale (elle traîne un bagage émotionnel lourd et compliqué), la curiosité artistique de la jeune femme l’emporte.

Dans le Vermont, dans un cadre hivernal quasi féerique, Sweeney fait la connaissance de la famille de son copain ainsi que de tous les membres de la petite communauté artistique, tous étant des descendants des fondateurs de Byzantium, artistes s’inspirant des Pré-Raphaélites au 19ème siècle. A l’époque, fermiers et artistes ne faisaient pas vraiment bon ménage, les uns considérant les autres comme des êtres dépravés.

Lorsque la jeune femme tente de rencontrer la descendante de Mary Denholm, elle apprend que celle qui devait lui donner des renseignements sur la jeune morte a été tuée d’une balle dans la tête. On parle de suicide, mais Sweeney penche pour la théorie du meurtre, afin que Mrs. Kimball ne puisse lui révéler ses secrets de famille.

Plus la jeune femme s’intéresse au tombeau merveilleusement sculpté et plus elle est persuadée que la jeune fermière a été noyée délibérément. Elle posait parfois pour les artistes et aurait eu une aventure amoureuse avec l’un d’entre eux, aussi Sweeney penche-t-elle pour la théorie du meurtre afin de na pas altérer la réputation de l’artiste concerné.

D’autre part, l’ambiance à Byzantium est plutôt tendue pour un Noël depuis la mort de Mrs. Kimball et les soupçons de Sweeney n’arrangent rien. La curiosité qu’elle manifeste tant au niveau artistique et historique, qu’au niveau actuel pourrait lui valoir des ennuis, le meurtrier n’ayant guère l’intention de lui laisser poursuivre ses investigations.

Ce roman artistico-policier est le premier de la journaliste canadienne Sarah Stewart Taylor, elle-même enseignante, faisant partie d’une association pour l’étude de l’art funéraire (Association for Gravestones Studies). L’intrigue policière, classique dans sa conception, se construit petit à petit, après un prologue des plus mystérieux. L’histoire met bien en évidence l’atmosphère plutôt close d’une petite communauté où chacun connaît tout le monde et accepte les nouvelles têtes avec difficulté, voire réticence.

Le roman mélange passé et présent, de la même manière que dans " Possession" de A.S. Byatt.

J’ai seulement regretté les tribulations sentimentalo-compliquées de la protagoniste principale, mais dans l’ensemble, il s’agit d’un honnête et agréable moment de lecture.