Nous mettrons nos enfants à l’école publique... de Philippe Meirieu

Nous mettrons nos enfants à l’école publique...

Le mercredi 9 février 2005 par Mario_Heimburger

Depuis très longtemps, je suis persuadé que la qualité de l’éductation influe directement sur la qualité de la société, indépendamment de tout facteur économique. Forcément, comme je constate de plus en plus à quel point les services publics les plus essentiels sont bradés, je me suis intéressé à divers ouvrages traitant du sujet.

Ce livre est un plaidoyer pour l’école publique. Non pas un désir de retour à une école traditionnelle, mais tout de même à une certaine reprise en main des services éducatifs par l’état, dans le souci de l’éducation (et non de la formation).

Après avoir opposé les écoles publiques et privées (incluant les nouveaux services d’aides à la scolarité privés et payants), Philippe Meirieu pose quelques bases de ce que devrait être l’école et les moyens pour y arriver...

Mais le discours laisse un mauvais goût de démagogie. Si l’on ne peut qu’être d’accord avec le fond du sujet, on peut se demander si les propositions sont vraiment crédibles. De plus, on peut s’interroger sur certains effets pervers des propositions...

Et sur l’auteur même, que sait-on : qu’il annonce sans vergogne que l’école devrait être mieux répartie (plus d’écoles de qualités et d’autres au rebais), mais que comme tous les parents, il a placé, un temps, ses enfants à l’école privée... Un résumé facile, mais un résumé tout de même de ce qu’on pressent dans le livre : de la théorie sans pratique. De beaux discours sans volonté de se battre contre les passe-droits...

Un livre très court, qui ne satisfait pas réellement, mais qui a le mérite de montrer - contre d’autres ouvrages comme celui de Marc Le Bris - que le sujet est éminemment complexe et qui permet de mieux comprendre pourquoi les réformes positives échouent tandis que beaucoup de réformes négatives réussissent...