Nos animaux préférés de Antoine Volodine

Rituel des contes

Nos animaux préférés

Le jeudi 21 juin 2007 par channe01

Comme un chaman, Antoine Volodine me happe d’histoire en histoire, comme si j’étais partie intégrante de la trame de celles-ci. Une fois encore, je suis entrée de l’autre côté des mots. Comme un poème, un conte, un rituel chamanique, comme une chanson de geste médiévale, comme un geste de danse contemporaine.

Antoine Volodine nous donne à décrypter des territoires d’un autre monde qui ressemble au notre. D’un autre monde où l’on se sent aussi mal que dans le notre. Comme si c’était l’envers et l’enfer de notre monde.

Et l’on marche avec ses mots, l’on chemine, l’on court... Chaque livre de Volodine est un bout de monde. Un territoire qu’on donne à vivre par la lecture.

J’entre en lecture comme j’entre en magie. En incantations. Les contes racontent le pourquoi des contes et comment ils se content et se racontent...

A chaque fois que je lis un Volodine, je me remets à lire tous les autres. Je ne peux faire autrement. C’est pour reconstruire cet univers très particulier. Comme le rêve d’un aborigène, comme la réalité d’un rêve qu’il me faut rattrapper et je sais qu’au bout de deux ou trois romans relus, je vais me sentir bien de savoir que ma désespérance est lucide. Que des traces de mots dessinent cette désespérance éclairée par des éclats de rire lumineux. Là, je vais relire « Les anges mineurs », « Dondog » et « Bardo or not bardo » et peut être un ou deux autres. Pour redonner de la réalité à mes rêves, des rêves à ma réalité. Pour être enceinte de mots à naître en rêves... Antoine Volodine, ça ne s’explique pas, ça s’exprime, ça s’exulte, ça se transpire, ça se lit à haute voix, ça se chuchote dans une solitude.

Comme une caresse qui roule sur les galets, là bas, loin au nord de la mer du nord...

Encore une fois, les mots de Volodine, c’est de l’émotion !

-  Antoine Volodine
-  « Nos animaux Préférés »
-  Entrevoûtes
-  Éditions du seuil
-  ISBN/2020847884