Ne délivrer que sur ordonnance de Jean Freustié

L’histoire d’une déchéance dans la morphine

Le lundi 26 janvier 2004 par Dadoo

Michel est médecin militaire dans une petite ville d’Afrique du Nord pendant la deuxième guerre mondiale. Une liaison avec Suzanne, la femme de son ami Jean, le pousse à essayer le petit vice de sa maîtresse : les piqûres de morphine.

Le reste du roman est le récit de sa déchéance dans la drogue : lui le médecin un peu Dandy aimé des femmes...

Bien sur au début c’est plutôt amusant et puis ce n’est qu’un jeu. Petit à petit néanmoins l’envie et le besoin se font de plus en plus présent. Le médecin fait alors preuve de lucidité et nous raconte par le menu comment sa vie se limite de plus en plus à la recherche de la prochaine piqûre.

Loin de tout misérabilisme, la narrateur raconte son chemin de croix avec beaucoup de justesse. Ses récits des recherches dans des pharmacies de plus en plus lointaines deviennent poignants. Cette absence de pathos rend le récit encore plus fort.

Ni les femmes, ni ses amis ne parviendront à le sauver... à lire et à méditer.


  • > Ne delivrer que sur ordonnance  16 juillet 2004
    Dites, quel est la maison d’édition de ce livre ??? Répondez s’il vous plait ... Merci d’avance
    Répondre à ce message