Mort sans atout de Georgette Heyer

Duplicate Death

Mort sans atout

Le samedi 8 janvier 2005 par Sheherazade

Les soirées de bridge de Mrs. Harrington sont fort courues dans le Londres des années 50. Elles peuvent aussi s’avérer mortelles. On retrouve le corps sans vie de l’ami de la maison, étranglé près du téléphone. L’inspecteur principal Hemingway de Scotland Yard entre en scène, assisté du détective Grant, celui qui aime truffer ses phrases d’expressions écossaises, ce qui a le don d’énerver son supérieur.

Toutes les personnes présentes à la partie de bridge sont suspectes, mais l’une d’entre elles plus particulièrement, la jolie secrétaire de Mrs. Harrington, la ravissante Beulah Birtley, peu amène avec le représentant de l’ordre convaincu de l’avoir déjà vue quelque part. Heureusement elle est assistée de Mr. Timothy Hart, charmant jeune avocat et vieille connaissance de notre inspecteur principal. Treize ans auparavant, surnommé le "terrible Timothy" alors âgé de 14 ans rendit la vie particulièrement dure à l’inspecteur, à l’époque simple détective, dans une enquête où le frère était suspect. C’est dire si l’inspecteur en chef fait la grimace !

Au cours de l’enquête, Hemingway réalise que le passé de Mrs. Harrington est plutôt mystérieux, surtout la provenance de son argent. Quant à l’homme assassiné, aussi son amant, il s’avère rapidement qu’il s’agissait d’un maître-chanteur doublé d’un trafiquant de cocaïne ; il détenait aussi le secret de la jeune secrétaire, ce qui lui donnait une bonne raison de le tuer.

Mais elle n’est pas la seule : la lady qui usait de la cocaïne, son époux qui voulait la débarasser du trafiquant, le jeune lord, ardent défenseur du communisme qui fréquentait la fille la maison et la jeune fille en question, l’egocentrique Cynthia aussi hystérique que jolie, poursuivie par les assiduités du mort.

Lorsque Mrs. Harrington est à son tour retrouvée étranglée, Miss Birtley redevient suspecte, le majordome l’ayant entendu menacer la patronne, pourtant détestée de tous.

L’inspecteur en chef se rend compte qu’il tourne un peu en rond, l’aide du "terrible Timohy" et ses compétences en matière de loi ne seront pas de trop.

Georgette Heyer égratigne ici allègrement la respectable société londonienne des années 50, avec l’humour caustique qui la caractérise. Tous ses personnages sont regardés par le petit bout de la lorgnette et très peu échappent à ses pointes. Les échanges entre l’inspecteur Hemingway et son adjoint, celui qui aime les expressions gaéliques, sont très savoureuses ; on regrette un peu de ne pas en recevoir la traduction, car elles semblent mettre l’inspecteur hors de lui.