Mon grain de sable de Luciano Bolis

un terrible témoignage sur la férocité des hommes

Mon grain de sable

Le lundi 29 mars 2004 par Mimi

A la libération, Luciani Bolis témoigne dans ce petit livre dense, des tortures qu’il a subies en 1945 suivies par sa tentative de suicide. Ainsi qu’il le dit, ce récit ne se veut ni à : "prétentions littéraires, ni (d’)intentions apologétiques ou polémiques", simplement volonté de : "fixer sur le papier des faits que le temps pourrait discuter à la mémoire". Il est cependant un terrible témoignage sur la férocité des hommes mais aussi une magnifique leçon de vie.

Quatrième de couverture

« C’est un texte extraordinaire, un peu comme si Jean Moulin avait échappé à Barbie et nous avait laissé le témoignage de ses tortures et de sa tentative de suicide. Bolis était un des chefs de la Résistance à Gênes, il a été arrêté en février 45 par des fascistes aux abois enragés par leur proche défaite. Bolis n’est pas identifié, mais on se doute de l’importance de la prise : après les sévices habituels, Bolis, pris en main par le chef des tortionnaires, ne parle pas. Mais, jour après jour, les tortures deviennent plus raffinées ; à demi mort, il craint toujours de craquer et il décide de se suicider avec une lame de rasoir qu’il a camouflée. Le récit devient alors insoutenable, mais il faut le soutenir, il faut lire ces pages, non par voyeurisme sadique mais pour aller au bout de l’expérience de vie, pour tirer la leçon de ce supplice que s’inflige Bolis : faire ce qu’aucune bête n’aurait fait, comme dit Saint-Ex à propos de Guillaumet naufragé dans les Andes. »