Michel Foucault : Entretiens de Roger-Pol Droit

Michel Foucault : Entretiens

Le dimanche 7 novembre 2004 par Mario_Heimburger

J’ignore encore ce qui m’a poussé à acheter ce livre, hier matin. Pourtant, ne connaissant pas le moins du monde Michel Foucault, cette couverture sobre n’avait rien pour me tenter. L’auteur m’était également inconnu... Bah, l’important est que la hasard a bien fait les choses.

Pour ceux qui comme moi ignorent qui est Michel Foucault, sachez que cet homme semble assez inqualifiable. On lui doit plusieurs ouvrages à mi chemin entre l’histoire des sciences, la philosophie et la sociologie. Une "histoire de la folie" ouvre sa carrière et sera suivie par une dizaine de livres disparates dont une "Histoire de la sexualité" (trois tomes), un livre sur le phénomène carcéral, "Surveiller et punir".

Chercheur au CNRS, Roger-Pol Droit a eu l’occasion de rencontrer Michel Foucault et a voulu lui rendre hommage à l’occasion du 20ème anniversaire de sa mort par SIDA, en 1984. D’où ce recueil qui s’articule autour de cinq parties.

Tout d’abord, une introduction personnelle décrivant les impressions de l’auteur sur Foucault. On y perçoit un certain maniérisme, voir un léger narcissisme, mais qu’importe.

La seconde partie est une présentation générale du travail de Foucault, mettant en scène ses contradictions. L’homme, loin d’avoir été un monolithe "droit dans ses bottes", semble avoir beaucoup évolué et se refusait à toute étiquette.

Enfin arrivent les trois entretiens. "Gérer les illégalismes" introduit son ouvrage sur les prisons, et expose la thèse de Foucault sur des prisons nécessaires pour contrôler et affirmer une délinquance au sein d’une société. La délinquance y revêt un rôle nécessaire surprenant.

"Se débarrasser de la philosophie" apparaît comme un pamphlet contre la dictature de l’écrit, placé sur un piédestal et trop souvent excuse pour ne plus réfléchir par soi-même.

Enfin, "Je suis un artificier" est un entretien où apparaît un Foucault obligé de se décrire. Insaisissable, il présente ses livres et sa pensée comme un boîte à outils pour faire sauter ce qui doit l’être. C’est sans doute l’entretien le plus intéressant.

Bien qu’on puisse s’amuser de la faible part de l’auteur du livre dans sa constitution, il faut reconnaître qu’il arrive à atteindre son but : nous faire découvrir un homme, nous intriguer, et nous donner envie d’en savoir plus. En ce qui me concerne, je sais maintenant que Foucault fait partie de mes projets de lectures... Reste à trouver ses livres en librairie de province :(

Ed. Odile Jacob, octobre 2004, 156 p., 19€