Meurtriers sans visage de Henning Mankell

Meurtriers sans visage

Le vendredi 27 mai 2005 par Feline

Un couple de vieux agriculteurs a été sauvagement assassiné pendant la nuit, sans raison apparente. La sauvagerie du crime et le dernier mot prononcé par l’épouse, "étranger", déchaînent les passions dans la région de Scanie en Suède. Les camps de réfugiés deviennent la cible des plaisanteries les plus sombres qui dégénéreront, allant jusqu’au meurtre d’un somalien, père de 9 enfants.

En plein coeur de l’hiver, Kurt Wallander se retrouve avec ce monstrueux crime sur les bras, alors qu’il se débat avec des problèmes personnels : sa femme l’a quitté, son père présente des signes sénilité et sa fille semble pleine de rancune à son égard. De plus, un petit régime et une diminution de sa consommation d’alcool ne serait vraiment pas un luxe.

L’écrivain suédois écrit de brillants polars que je qualifierais de sociologiques. Avec "Meurtriers sans visage", il signait le premier opus d’une série d’enquêtes menées par Kurt Wallander, sorte d’anti-héros, bourré de défauts, affrontant des difficultés familiales et donc loin d’être parfait ! Même s’il résout les enquêtes, ça ne l’empêche pas commettre des bourdes, parfois énormes.

H. Mankell ne se contente pas de signer de simples polars, il dénonce véritablement certains problèmes de la société suédoise en les mettant en lumière. Il ne juge pas mais fait état des faits. Dans ce livre, il dénonce la politique menée à l’encontre des étrangers en faisant un état des lieux de l’opinion suédoise sur la question. Son héros, lui-même, n’est pas à l’abri de certains préjugés.

Un excellent polar qui se distingue par sa modernité.

Un autre article de MaBibliothèque.Net a été écrit sur ce livre : Meurtriers sans visage