Master of Souls de Peter Tremayne

Master of Souls

Le mardi 14 août 2007 par Sheherazade

Un bateau gaulois s’échoue sur les rochers, quelque part près des côtes d’Irlande, trompé par des naufrageurs. Seul leur capitaine échappe à la mort en se cachant, car les naufrageurs tuent sans pitié les quelques malheureux rescapés ; il sera sauvé par un groupe de religieuses en pélérinage. Malheureusement les attaquants les rattrappent en cours de route, assassinent l’abbesse qui conduisait le groupe de jeunes nonnes et enlèvent ces dernières parmi lesquelles le capitaine gaulois, habillé en vêtements religieux.

Fidelma de Cashel et Eadulf le Saxon, à peine remis de l’enlèvement de leur bébé, se sont vus confier une nouvelle enquête dans le pays des Ui Fidgente, les prétendants à la couronne d’Irlande, qui après bien des années de guerre ont décidé d’accepter la paix et de faire allégeance au Haut Roi. Leur mission : retrouver le meurtrier de l’abbesse.

Entretemps, au monastère - l’un des derniers monastères mixtes de la région puisque Rome désormais prône le célibat des religieux - un autre membre de la communauté a été assassiné ; un moine érudit, rédigeant des écrits sur la généalogie des clans irlandais et sur l’art de travailler les pierres précieuses, l’une des spécialités de l’abbaye.

L’homme n’avait pas de réels ennemis, mais plutôt des divergences d’opinion avec d’autres membres de la communauté. Par ailleurs, il était uni à l’une des religieuses, mais n’avait pas hésité à nouer des liens intimes avec l’une des jeunes nonnes. Sa mort est-elle un crime de la jalousie ou l’a-t-on assassiné car il avait découvert quelque chose d’important ?

Fidelma et Eadulf vont se retrouver dans une enquête où la politique, la généalogie des grandes familles irlandaises vont les entraîner hors du monastère, vers les côtes irlandaises où ils retrouveront les petites religieuses et une communauté transformée en esclaves après le raid de leur village. Les méthodes des assassins ressemblent fortement à celles utilisées par le lépreux Uaman, qu’Eadulf a pourtant vu être englouti par les sables mouvants lorsqu’il recherchait son petit garçon. Ainsi le lépreux ne serait pas vraiment mort ? Ou quelqu’un a-t-il usurpé son identité pour faire régner la terreur. Malgré la réticence à les aider que rencontre la jeune avocate-religieuse, elle est convaincue que le meurtre du moine et celui de l’abbesse sont liés.

Une fois de plus, la déterminée princesse de Cashel, avocate et religieuse, va passer outre les divergences tant d’opinions politique que religieuse et imposer sa voix à ses opposants. Car ils sont nombreux dans cette aventure, que ce soit au niveau religieux ou au niveau de son lignage puisqu’elle est sœur du roi de Cashel, qui n’est pas encore reconnu et accepté de tous dans ce territoire autrefois ennemi. Bien évidemment son astuce et sa détermination seront victorieuses.

J’avoue que je commence à trouver quelque peu fastidieuses les observations sur la religion dont sont truffés les derniers romans policiers de Peter Tremayne. Que l’homme soit un érudit sur l’histoire et les religions d’Irlande ne fait aucun doute, mais les 3 dernières enquêtes de Fidelma et Eadulf le Saxon en font grand cas et beaucoup d’échanges verbaux entre la dalaigh et les opposants au mariage des religieux commencent à être une redondance.

Cependant, je comprends la démarche de l’historien de rappeler l’intolérance de l’église catholique romaine au moment de son émergence, le pouvoir qu’elle prend de plus en plus sur les communauté religieuse d’Irlande, le sincrétisme afin d’éradiquer les lieux sacrés des Irlandais Comme toutes les autres enquêtes de la série, l’intrigue une fois encore est passionnante et bien ficelée.