Malevil de Robert Merle

Malevil

Le lundi 3 décembre 2001 par Dadoo

Après l’apocalypse nucléaire, un petit groupe de survivants tente de s’organiser dans un château médiéval du Sud de la France. Sur cette trame classique Merle nous sort un roman à couper le souffle : les batailles, les tensions psychologiques nous empêchent de lacher le livre avant la fin (il est pourtant assez épais)...

Emmanuel, maquignon célibataire de son état a racheté la ruine du château de Malevil. Il y invite ses amis pour parler des élections municipales à venir. A ce moment une bombe atomique réduit l’ensemble de la planète en cendres. Protégés par la falaise et les murs de pierre, Emmanuel et ses amis ont survécu. Ils ne sont pas tirés d’affaire pour autant. Ils vont devoir tout recréer et tout réorganiser : aussi bien les conditions matérielles, que les conditions spirituelles et politiques. Il faut même réinventer la famille et les liens sentimentaux.

A travers le rythme haletant du roman, qui en fait presque un excellent roman d’aventures, de nombreuses notions politiques et philosphiques sont approchées et étudiées... Un peu comme dans un bon bouquin de S.F. Merle profite de cette situation innatendue pour mettre en valeurs un véritable système de pensée.

On appréciera aussi le procédé stylistique du journal repris, tempéré ou carrément contredit par une autre personne que le narrateur. L’ensemble prend une dimension qui réhumanise le narrateur tout en donnant plus de vérité aux histoires.

Pour continuer : Une critique sur CritiquesLibres.Com


  • Malevil  22 novembre 2007
    Je relis Malevil une fois par an depuis plus de 20 ans... Fabuleux
    Répondre à ce message
  • Malevil, le plus beau des romans  9 octobre 2007

    Ce livre m’a très profondément marqué. Il est de très loin mon livre préféré, que je relis comme je regarde des extraits des meilleurs films : Très régulièrement je relis mes passages préférés, encore et encore. Je l’ai découvert il y a 4 ans, et depuis il n’y a pas eu un seul mois sans que je relise au moins une partie.

    Ce livre trouve toujours le ton juste. Il est d’un réalisme grandiose, on respire avec ses héros. Je me délecte particulièrement des longues réflexions ou des analyses que le héros fait de ses compagnons et des situations.

    Les luttes pour la survie et le pouvoir sont passionantes à suivre, on croit tellement aux personnages...

    Bien que ce roman soit complet, ait une conclusion, on ressent à la fin de sa lecture un manque, comme si on attendait désespérément une suite. Car malgré la conclusion à la trame principale, cette dernière a été tellement passionante qu’on abandonne avec tristesse cette communauté qui continue à affronter un monde post-nucléaire.

    Cela paraît incroyable, mais ce livre donne presque envie de vivre l’aventure de ces personnages. Car bien qu’ils aient tout perdu et se retrouvent en environnement hostile, dans un monde détruit, l’embryon de société qu’ils reconstruisent est d’une beauté fulgurante. Car on sent que la vie prend une intensité exeptionnelle, comme si elle valait bien plus le coup d’être vécue dans ce monde détruit.

    Bien que, comme le fait remarquer le héros après l’évènement, l’homme ne démontre pas qu’il mérite de survivre, ce livre est un hymne à la vie qui insinue en nous une euphorie étonnante.

    Bref, c’est un livre qu’on lit en une seule fois, ce que je déconseille, tellement la fin comporte le côté frustrant de quitter cette communauté toujours plongée dans un environnement précaire. A tel point que si Robert Merle était encore vivant, je lui supplierais d’écrire une suite, plus volumineuse encore.


    Répondre à ce message
  • > Malevil  10 novembre 2004, par houdini
    MALEVIL n’est pas qu’un simple roman d’anticipation... Merle se sert de sa connaissance approfondie de l’histoire des hommes (Fortune de France) pour ré envisager un monde nouveau. Après un cataclysme imaginaire qui a ravagé la planète, on se retrouve aussi technologiquement démuni que nos ancêtres du moyen age, il faut reconstruire les bases d’une société cohérente, la réorganiser, dans ce nouveau monde ou les valeurs ont changé avec l’environnement dans lequel évoluent ses personnages aussi profonds qu’attachants... Dans ce contexte, de nombreux thèmes peuvent être abordés : quand la page est blanche il faut commencer par choisir le stylo qui va lui faire quitter l’immaculation...On établit une nouvelle hiérarchie des besoins, on travaille de nouveau la terre, on cherche à assurer la descendance de l’humanité en conservant l’espoir de voir apparaître un jour d’autres être (sur)vivants... Toutes les connaissances déjà acquises dans nos vies civilisées antérieures à l’événement déclencheur, ne sont quasiment plus d’aucune utilité face au chaos et aux hordes de barbares, qui trouve en ce bouleversement une opportunité de devenir les nouveaux maîtres du monde. Deux pensée s’affrontent les partisans de l’anarchie primaire non-constructive, de la loi du plus fort, et ceux qui essayent à (très) long terme de reconstruire une société stable dans l’espoir qu’un jour on puisse enfin revoir fleurir un monde vivable pour tous, sans pour autant recommencer les erreurs qui ont conduit le précédent au néant...Tout est dans Malevil, de la religion à la politique, entre Mad Max et Robinson Crusöé, un grand livre d’un grand auteur...Une leçon de vie.
    Répondre à ce message
  • > Malevil  4 janvier 2004
    J ai adoré ce livre le seul PB c’est k’il est long a part sa l’histoire est bien trouvé
    Répondre à ce message
  • > Malevil  9 octobre 2003
    je n arrive pas a venir a bout de ce livre il est vraiment trop long il m a fallu 5 semaines en lisant tout les jours pour le finir !!!!
    Répondre à ce message
    • > Malevil 4 novembre 2003
      bizarre, je l’ai commencé il y a une semaine et il ne me reste qu’une quinzaine de page...je l’ai dévoré, c’est une histoire fabuleuse dont on a du mal à se sortir qd on revient à la réalité...Bravo Monsieur Merle et merci pour ces moments intenses
      Répondre à ce message
  • Malevil  7 février 2003
    Je n’ai pas encore fini, mais pour ce que j’ai lu ca m’a bcp plu, trés riches sur tt les plans
    Répondre à ce message
  • Re : Malevil - Robert Merle  22 décembre 2002
    slt !c tres bien fait mai mwa ossi j aimerais bien un résumé complet du livre entier stp
    chouk_love@hotmail.com
    merci
    Répondre à ce message
  • Re : Malevil - Robert Merle  17 avril 2002
    le texte est tres bien fait mais j aimerais un petit resume merci mon adresse kheops300@hotmail.com
    Répondre à ce message
    • Re : Malevil - Robert Merle 24 novembre 2002
      moi j’ai trouva ca génial

      Répondre à ce message
      • Re : Malevil - Robert Merle 1er février 2003
        JE ne suis pas d’accord avec toi moi je l’ai trouvé vraimen tnul, il ne se passe rien et puis c’est beaucoup trop long
        Répondre à ce message
        • > Re : Malevil - Robert Merle 19 octobre 2003
          C’est un super livre !!!!!
          Répondre à ce message
        • Re : Malevil - Robert Merle 13 mars 2008, par La vérité
          ce livre ne ma plut du tout !!! il est long, ennuyeu, sans relief. Il est vraiment vraiment vraiment pas crédible j’ai du me forcer pour le finir
          Répondre à ce message