Longtemps je me suis couché de bonne heure de Jean-Pierre Gattégno

Longtemps je me suis couché de bonne heure

Le mercredi 1er septembre 2004 par doud

Un livre qui me dépasse comme souvent avec Gattégno (Neutralité malveillante, Mortel transfert...) par sa densité de réflexion, non pas que ce soit un essai philosophique, cela reste un bon roman à suspens, polardisant ; mais chaque personnage est extrêmement riche, et l’on pourrait s’arrêter à presque chacune de leurs pensées ou de leurs actions comme si c’était le bout d’un fil à idées qu’il ne resterait plus qu’à tirer.

Dans ce roman, point de psychanalystes mais des voleurs de tableaux, des relations entre les voleurs de tableaux et les tableaux ; des écrivains, des livres et des lecteurs ; mais surtout des relations des lecteurs avec des relations entre d’autre lecteurs ou écrivains avec leurs livres (vous suivez ?). En bref, un grand roman sur la lecture et ses multiples façons de la vivre.