Liberté pour les ours de John Irving

Liberté pour les ours

Le jeudi 27 novembre 2003 par catherinem

Ca commençait sur un ton plutôt léger, par le départ sans trop de but de deux jeunes et de la moto qui les porte. Ca a fini bien plus mal que prévu, par une chute abrupte dans les ruches et les abeilles, où l’un des deux a laissé sa vie.

Est-ce là alors que le vrai roman commence ? En tout cas le ton change, la badinerie des premières pages laisse place à une histoire de guerre pas drôle, et l’histoire parallèle d’espionnage nocturne d’un gardien de zoo ne soulage pas l’atmosphère, malgré ses côtés cocasses.

Au troisième volet du livre, le ton léger revient et des ours à lunette courent dans la nature...

Sans qu’il y ait de raisons particulières ni que j’arrive bien à le définir, ce roman ne m’a pas particulièrement plu, et il me semble avoir attendu au long des pages que la dernière arrive, dommage, John Irving m’avait précédemment séduite...