Les yeux plus grands que le ventre de François Cavanna

Les yeux plus grands que le ventre

Le dimanche 7 novembre 2004 par Dadoo

A l’aube de la retraite, Cavanna revient sur ses amours d’homme adulte : sa vie de famille, sa maison, ses chat et sa maîtresse. Tiraillé entre ses deux femmes formidables qui l’aiment et qu’il aimerait ne pas faire souffrir il devient petit à petit odieux et montre comment il ne s’en sort pas...

Ecrit comme une série de petites chroniques qui finissent par s’assembler dans une histoire cohérente, ce livre est très agréable à lire. Cavanna montre ici des facettes moins évidentes de son caractère : ses pulsions petit-bourgeois par exemple.

Au delà de l’histoire qui raconte encore une fois que la route de l’Enfer est pavée de bonnes intentions, on peut dénicher au détour d’une phrase les perles dont Cavanna a le secret : des sentences définitives et tranchantes sur le monde qu’il aimerait tant changer.

On trouve aussi quelques personnages secondaires qui valent leur pesant de cacahuètes, comme la mère de l’Auteur qui refuse qu’on touche à sa télé, fusse pour régler l’image, le son ou même changer de chaîne...