Les joyeux démons de Edward Marston

The Merry Devils

Les joyeux démons

Le lundi 20 septembre 2004 par Sheherazade

La première représentation des "Merry Devils" se solde par l’apparition inattendue d’un troisième diable, pas du tout prévu par les auteurs de la pièce. Cette apparition, vite considérée comme "satanique" par ces personnages superstitieux que sont les acteurs, sera à l’origine d’une série d’événements aussi désagréables les uns que les autres.

Toutefois la pièce ayant eu un formidable succès public, le mécène, Lord Westfield, et son odieux neveu estiment que deux représentations supplémentaires doivent avoir lieu dans leurs propriétés respective, et ce au grand dam de la troupe.

Pendant la représentation d’une autre pièce du répertoire, un accident se produit heureusement n’entraînant pas d’autre mal que quelques égratignures ; ils n’ont pas autant de chance avec une autre représentation, où là il y a mort d’homme avant d’entrer en scène. En dehors du régisseur, Nicholas Bracewell, qui garde la tête froide en toute circonstance - il le faut bien avec des personnages aussi nerveux que les acteurs - toute la troupe y voit la marque du diable. Pour comble, au cours d’une rixe, le régisseur est arrêté afin d’assurer son absence pour la mise en scène des "Merry Devils" au manoir du mécène. Mais qui leur en veut à ce point ? Lawrence Firethorn, directeur-fondateur de la troupe, est convaincu que ce sont les "Barnaby’s Men", leurs ennemis jurés, qui ont pactisé à la perte des "Westfield’s Men" avec le diable.

Parallèlement, on suit le triste sort d’un malheureux personnage enfermé à Bedlam, l’asile d’aliénés londonien, dont on ne sort hélas jamais et qui est réellement l’antichambre de l’enfer. David Jordan, l’aîné des neveux de Lord Westfield, est il réellement mort comme tout le monde - et surtout son frère - l’affirme, ou est-il ce malheureux enfermé à l’asile ? Il semble évident que son frère Francis ne serait pas étranger à sa disparition.

D’autre part, un prédicateur extrémiste puritain est entré en croisade pour la fermeture de tous les théâtres de Londres et n’hésite devant rien pour arriver à ses fins.

Peut-être que l’acteur-écrivain, associé à la pièce "The Merry Devils" mais renvoyé par la direction, a-t-il été payé par les concurrents pour tout saboter et faire disparaître les "Westfield’s Men".

Nicholas Bracewell résoudra, comme à l’accoutumée avec son calme habituel, ces différentes énigmes, sauvant la pièce et sa troupe du désastre.

Comme les autres romans de cette série, ce roman-ci n’échappe pas aux multiples rebondissements et histoires qui s’entrecroisent, ce qui rend parfois l’histoire compliquée à suivre.

La situation est précaire en raison des catholiques et protestants qui s’opposent toujours avec violence sous Elisabeth Ière.

La vie théâtrale élisabéthaine est magistralement décrite, le langage est chatoyant, les costumes décrits avec détail, de même que le génie de la mise en scène de l’époque qui vaut bien les effets spéciaux contemporains.

A ceux qui lisent l’anglais, je recommande la version originale des oeuvres d’Edward Marston, car elle est superbe.


  • > Les joyeux démons  22 septembre 2004

    Bastet, cette série me tente et je sais que tu as fait déjà plusieurs lectures, mais je n’ai pas le courage de toutes les relires (oh oh la fainéante ;-) ). Peux-tu me dire quel est le premier tome de la série ? (que je ne commence pas une fois de plus à l’envers :-d)

    Il y a juste une petite chose qui me fait malgré tout hésiter, je n’aime généralement pas les "romans historiques". Penses-tu que ce soit réellement un frein ?

    Merci :-)


    Répondre à ce message
    • > Les joyeux démons 22 septembre 2004, par bastet

      le tout premier tome s’intitule "The queen’s head", traduit simplement par "le tête de la reine".

      il y a aussi une certaine progression dans l’histoire, concernant les relations entre les personnages récurrents, mais en rater un épisode n’empêche pas de lire tous les volumes ou même de les lire dans le désordre. Seulement, c’est bien de commencer effectivement par le premier, pour faire la connaissance de tout ce petit monde très savoureux.

      Pour ce qui est de l’histoire, il fut que tu saches qu’elle est présente en toile de fond, mais qu’elle est importante dans les romans car nous sommes au temps où la lutte entre les factions protestantes et catholiques restait très forte sous Elisabeth Ière, malgré la réforme. Il y a des épisodes dans la série qui sont fort axés sur cette lutte religieuse.

      Toutefois, pour moi, ce qui prime réellement dans la série de Marston, c’est le fond théâtral. Je t’assure que l’ambiance dans la troupe est souvent hilarante ; la description des conditions de vie des acteurs elisabéthains, la précarité de leur existence est décrite avec précision. Marston a lui-même longtemps travaillé dans le monde du théâtre et connaît bien son histoire. Si tu as vu le film "Shakespeare in love" , tu retrouveras cette même ambiance dans les romans.

      En version anglaise, les livres sont superbement écrits, je ne sais pas ce que cela donne à la traduction ; Marston s’est efforcé de conserver la façon de s’exprimer du 16ème siècle et la manière de vivre de cette époque. Je ne sais pas ce que cela donne en français.

      Pourquoi ne pas tout simplement essayer le premier tome, voir si cela te plaît et puis adviser ultérieurement si tu liras la suite ?


      Répondre à ce message
      • > Les joyeux démons 22 septembre 2004

        Pourquoi ne pas tout simplement essayer le premier tome, voir si cela te plaît et puis adviser ultérieurement si tu liras la suite ?

        C’est ce que je comptais faire, mais je voulais avoir ton avis :-) Je pense que cela pourrait me plaire. Et promis, si ce n’est pas le cas, je ne t’en voudrais pas MDR ;-)


        Répondre à ce message
        • > Les joyeux démons 23 décembre 2004, par Feline
          Rghhhhh je cherche ce premier tome partout et même sur Amazone, il ne semble plus disponible que en livre d’occasion :’(.
          Répondre à ce message
          • > Les joyeux démons 24 décembre 2004, par Dadoo
            En ce moment il semble dispo (Seulement 1 ex. en stock)
            Répondre à ce message
            • > Les joyeux démons 25 décembre 2004, par Feline

              Ce titre -ci, "Les joyeux démons" est encore disponible mais hélas pas le tome 1 intitulé "La tête de la Reine".

              Je l’ai vu disponible sur proxis. Je vais essayer de le commander mais je n’ai pas confiance dans la mise à jour de leur site après quelques désagréables surprises !

              Merci quand même :-)


              Répondre à ce message
              • > Les joyeux démons 25 décembre 2004, par bastet
                as-tu déjà essayé sur "alapage.com" ou "chapitre.com", j’ai essayé ces sites en dehors d’amazon, et ils sont fiables aussi.
                Répondre à ce message
                • > Les joyeux démons 25 décembre 2004, par Feline

                  Ah non, je ne connaissais pas. Là je viens d’envoyer une commande à Proxis, on verra s’ils savent l’honorer ...

                  Mais je vais aller faire un petit tour sur alapage et chapitre ;-)


                  Répondre à ce message
                • > Les joyeux démons 25 décembre 2004, par Feline

                  Egalement indisponible sur ces deux sites, il doit être épuisé :-((((((

                  Si Proxis ne l’a plus non plus, j’en achèterai un autre ;-)


                  Répondre à ce message
                  • > Les joyeux démons 26 décembre 2004, par bastet
                    là tu me surprends car lorsque j’ai visité "chapitre.com", il semblait dire l’avoir en stock ... bizarre .....
                    Répondre à ce message
                    • > Les joyeux démons 26 décembre 2004, par Feline

                      Je viens d’aller vérifier mais il est bien indisponible. Du moins en 10/18.

                      Ils l’ont dans une autre édition mais qui est un grand format écrit en grands caractères. Je sais que je suis myope comme une taupe mais quand même ... MDR


                      Répondre à ce message