Les cinq royaumes de Peter Tremayne

Qui a assassiné le vénérable Dacan ?

Les cinq royaumes

Le mercredi 20 juin 2007 par Sheherazade

Pour sa troisième enquête, Fidelma de Kildare, religieuse et avocate dans l’Irlande du 7ème siècle, est revenue dans son pays à la demande de son frère, Colgu, roi de Muman le plus grand des cinq royaumes d’Eireann.

Rappelons que les royaumes celtes étaient en fait des duchés importants, dont les chefs portaient le titre de roi, mais leur élection n’était pas héréditaire, seulement basée sur leurs mérites.

Dans la célèbre abbaye de Ros Ailither, située sur le domaine de Colgu et dont l’abbé est un cousin, a été assassiné un moine érudit le vénérable Dacan. Si l’assassin n’est pas découvert, c’est le roi de Muman qui sera considéré comme responsable de ce crime et devra payer la dette de sang. Ces dettes de sang semblent être quelque chose de constant chez les Celtes !

L’enquête va s’avérer extrêmement difficile pour Fidelma car le crime a eu lieu deux semaines avant sa venue à l’abbaye où personne ne semble rien savoir. Elle est accompagnée de Cass, l’un des meilleurs guerriers de son frère, assigné à sa protection. En chemin, les deux jeunes gens ont fait une horrible découverte : un village entier a été incendié et ses habitants, y compris les enfants, lâchement passés par l’épée par un groupe de guerriers préténdant agir contre la fièvre jaune qui sévit dans le pays.

Or personne dans le village ne présentait des signes de la maladie, même pas les derniers survivants cachés dans la forêt avoisinante ; il s’agissait donc d’un acte cruel et inutile. Et quels survivants, un goupe d’enfants très jeunes et la jeune religieuse qui s’occupait d’eux. Malgré leur frayeur, ils acceptent de suivre la religieuse et son garde du corps vers l’abbaye.

Lors des interrogatoires, Fidelma réalise que si le vénérable Dacan était respecté pour son savoir, son arrogance et sa dureté en faisait un homme que peu appréciaient et que l’on évitait. Ce qui semble certain est que l’homme avait découvert quelque chose de très important pour la succession d’un autre chef d’un petit royaume voisin.

Il va falloir beaucoup de patience et d’énergie à notre « dalaigh » (une fonction que l’on pourrait comparer à un juge d’instruction, de nos jours) pour retrouver non seulement ce que le moine avait découvert mais également pour dénoncer un complot d’une cruauté sans précédent. Devant la cour du Haut-Roi où les factions opposées vont devoir s’affronter, la jeune avocate va avoir besoin de tout son habituel aplomb pour faire éclater la vérité et lever l’opprobe contre son frère.

Cette troisième enquête de Fidelma de Kildare, bien que passionnante, était particulièrement difficile à résumer en raison de sa complexité. Un peu trop de détails, trop de personnages secondaires qui s’avéreront finalement importants à l’histoire, rendent le roman un peu confus et l’on se demande souvent comment elle peut arriver à la conclusion parmi tous ces éléments partant dans tous les sens.

Un autre article de MaBibliothèque.Net a été écrit sur ce livre : Les cinq royaumes