Les années-sandwiches de Serge Lentz

L’entrée dans l’adolescence pour deux jeunes garçons

Les années-sandwiches

Le lundi 8 mars 2004 par Dadoo

Félix et Victor ont tous les deux quatorze ans en 1947. Ils sont très différents : le premier est l’héritier d’une grande famille industrielle qui s’ennuie en vacances en Sologne, le second est un orphelin juif qui a trouvé refuge chez un ferrailleur d’Aubervilliers. Ils vont pourtant se rencontrer et partager ces moments si particuliers où ils quittent la petite enfance.

Félix est un jeune poète romantique qui aime à prendre des poses nobles et courageuses bien que sa timidité le gène assez souvent. Victor est un érudit sur le tas, il a tout lu pendant sa réclusion forcée et en a retenu un mélange assez cocasse et étonnant.

C’est Max, le patron de Victor qui va le mieux définir ce qui se passe en eux, Les années-sandwiches :

« Parce que l’homme ne vit que quatre ou cinq années importantes dans son existence - le reste, c’est du remplissage et de l’attente. Quatre ou cinq années qui viennent s’intercaler dans la vie comme des tranches de pâté entre les morceaux de pain. Des années-sandwiches ! »

Pas étonnant que tant d’adolescents se soient reconnus dans les troubles de Félix et Victor en 1987 dans le film de Pierre Boutron tiré du roman de Serge Lentz. Le roman est vraiment plein de charme, autant par ses personnages principaux que par la galerie de personnages secondaires que met en scène Serge Lentz. Il faut dire qu’en choisissant un descendant de Vladimir Roubaïev il était assuré d’avoir des héros hauts en couleur !