Les Soldats de l’Aube de Deon Meyer

Grand Prix de littérature policière 2003, Prix Mystère de la critique (roman étanger) 2004.

Les Soldats de l’Aube

Le mercredi 9 février 2005 par Polarnoir

Deuxième roman de Deon Meyer après Jusqu’au Dernier paru en 2001 (pas encore lu, mais ça ne saurait tarder), ce texte est un vrai régal. Un ancien flic passé au "privé", pas agréable du tout mais de plus en plus attachant au fil des pages, qu’on découvre presqu’épave au fond d’une cellule, et qui va se relever à la force de l’enquête.

La recherche d’un testament perdu qu’on va suivre en sa compagnie, passant alternativement du fil de ses investigations à son histoire personnelle dans une construction très solide et très fluide à la fois, qui tient le lecteur en haleine.

Bon suspens, bien entretenu : les cent cinquante dernières pages se dévorent d’une traite ; impossible de lâcher avant la fin. Quant à ce Van Heerden, on découvre ses "démons intérieurs" au fil de l’intrigue, cette faille qui le rend si humain, sa mère qu’il adore, son "associée" Hope Beneke qui va apprendre comme nous à le connaître, voire à l’aimer, le tout sur fond d’Afrique du Sud (même si ça n’est pas vraiment le propos), entre 1976 et 2003, entre les pires coups fourrés de l’époque de l’apartheid, en Angola avec les américains, et les débuts d’une jeune démocratie en devenir.

Ne ratez pas les débuts d’un futur grand.

Retrouvez cette critique, et d’autres, sur polarnoir.neuf.fr