Les Pleyel

De la rue Cadet à la rue de Rochechouart

Le mercredi 11 juillet 2007 par bernard.vassor

9-11, rue Cadet - hôtel Cromot du Bourg (succession Dutuit) 20-24, rue de Rochechouart - ateliers, salle de concert, dépôt de charbon, et réserves...

Pleyel.

C’est d’abord Ignace Pleyel, né le 18 juin 1757 à Ruppersthal en Basse-Autriche, qui va faire parler de lui. Il est l’élève privilégié de Joseph Haydn. En 1787, Maître de Chapelle de la cathédrale de Strasbourg, il épouse Gabrielle Lefèbvre, la fille d’un ébéniste strasbourgeois. Ils donneront naissance en 1788 à un garçon prénommé Camille, celui-ci deviendra le futur associé de son père.

Ignace est alors un concertiste réputé et un compositeur reconnu, les éditions de ses œuvres sont innombrables, le succès de la musique de Pleyel fut prodigieux ! Ses contrats pharaoniques.

Dès 1784, Mozart, enthousiasmé par une œuvre de Pleyel écrivait à son père : « Il vient de paraître des quatuors d’un certain Pleyel qui est un élève de Joseph Haydn. Si vous ne les connaissez pas encore, essayez de les trouver, ils méritent toute notre attention. Ils sont très bien composés et fort agréables à entendre. Quel bonheur pour la musique, si Pleyel pouvait nous remplacer Haydn ! »

Haydn quant à lui témoignera, après avoir craint « une guerre harmonique meurtrière » créée par des organisateurs de concerts pour des raisons publicitaires (déjà !) et le Maître incontesté dira : « Pleyel dès son arrivée, se montra d’une telle modestie qu’il a regagné toute mon affection. On nous voit très souvent ensemble. Nous partagerons notre gloire de manière juste, et retournerons chez nous avec satisfaction »

Hélas, la postérité ignora Pleyel pendant deux siècles et ce n’est que depuis une dizaine d’années que l’on redécouvre Ignace Pleyel compositeur.

Grâce à ses importants cachets, il ouvre boulevard Bonne Nouvelle, un magasin de musique et d’édition. Fortune faite, en 1795, il devient propriétaire de l’hôtel Cromot du Bourg où il installe les ateliers de fabrication de pianos. Il y donne dans les salons du deuxième étage des concerts, dans ce qui sera la première Salle Pleyel. Après une carrière bien remplie, il se retire à la campagne, laissant à son fils le soin de continuer la factorerie de pianos.

Né en 1788, Camille Pleyel dirige la maison à partir de 1824.

En 1832 Frédéric Chopin donne son premier concert parisien dans les salons de la rue Cadet en compagnie d’autres pianistes virtuoses dont les frères Jacques et Henri Hertz qui étaient les concurrents facteurs de pianos de la rue de la Victoire. Chopin et Liszt ont toujours préféré les pianos Pleyel en raison de « leur sonorité argentine » Pendant son séjour à Palma avec George Sand, Chopin s’impatiente. Il demande à Camille de lui envoyer un piano Pleyel car il ne pouvait composer sans en avoir un : « Mon piano n’est pas encore arrivé. Comment l’avez-vous envoyé ? Par Marseille ou par Perpignan ? » Dans une autre lettre il indique : « Je vous envoie mes préludes que j’ai terminés sur votre pianino »Pour le développement de la fabrique, Camille Pleyel s’associe à Kalkbrenner, puis à Auguste Wolff, pour s’agrandir et s’installer dans le lotissement du 20-24 rue de Rochechouart. Auguste Désiré Bernard Wolff, né en 1821, remporte un premier prix de piano en même temps que Victor Massé fin 1839. Doué d’un rare esprit d’invention, il va apporter de nombreux perfectionnements et d’inventions comme l’échappement double, la pédale tonale, et de nouvelles combinaisons de constructions métalliques applicables à tous les climats.

Camille Pleyel meurt le 4 mai 1853 laissant à Wolff son successeur une fabrique en pleine prospérité.

Un incendie ayant dévasté les locaux de la rue de Rochechouart en 1851, la maison Pleyel-Wolff ira s’établir à Saint Denis sur une immense superficie qui occupe aujourd’hui le quartier Pleyel !

Rue de Rochechouart, sur les ruines, un terrain vague va très longtemps rester. Une habitante du Neuvième arrondissement, se souvient avoir vu avant la guerre de 40 des wagons de chemin de fer réformés servir de classes pour des écoles primaires. Ensuite, ça sera un stade pendant plusieurs années. Durant l’occupation et à la Libération, un poste de secours de la Croix-Rouge aura ses quartiers à cet endroit, pour finalement laisser place à la rentrée de 1970 au Centre Valeyre.

La femme de Camille Pleyel, Marie Félicie Denise, fut aussi une grande concertiste. Avant son mariage, elle avait une foule d’admirateurs et d’amoureux transis, dont Hector Berlioz, qui apprit le mariage de la belle inconstante, au cours d’une tournée en Italie. Fou de jalousie, il acheta un pistolet à Rome avec l’intention de tuer son rival. Mais, c’est une autre histoire....

Sources : Fétis, François-Joseph (1784-1871). Biographie universelle des musiciens, 8 volumes et 2 suppléments 1860-1868, T VII et VIII ET SUP II, librairie Firmin-Didot Paris 1867-1868. Cyprian Norwid, le Piano de Chopin, traduction de Christophe Jezewski, © éditions Richard Masse, 1983. Les Grands maîtres de la musique, 8 volumes, sd, Paris Sous-Direction du Patrimoine Culturel 9-11 rue Cadet Archives de Paris d1p4 Archives privées Bertrand Vargas

et www.parisneuvieme.com



  • Les Pleyel - Bibliographie complémentaire  15 juillet 2007, par Alain Malmaison

    Excellent article que vous pourrez compléter avec deux livres de référence sur le sujet : Pleyel, Une histoire tournée vers l’avenir aux Editions de la Martinière (2005) et La Salle Pleyel, lieu de modernité aux Editions de la Martinière (2006).

    Par Arnaud Marion, historien de Pleyel qui a présidé la Manufacture des pianos Pleyel de 2002 à 2006 et qui a été le grand maitre d’oeuvre de la rénovation de la Salle Pleyel et des négociations avec l’Etat, aux côtés de l’industriel français et mécène Hubert Martigny, propriétaire de la Salle et des Pianos Pleyel.


    Livre sur Pleyel
    Répondre à ce message