Les Femmes de Stepford de Ira Levin

Existe-t-il une "femme idéale" ?

Les Femmes de Stepford

Le samedi 24 avril 2004 par Sheherazade

Lorsque Joanna et son mari Walter quittent la ville avec leurs enfants pour la bucolique petite ville de Stepford, ils sont convaincus d’avoir enfin trouvé la quiétude qui leur manquait dans l’enfer urbain.

Joanna, en parfaite féministe, partage les tâches ménagères avec mari et enfants, tout en pratiquant son métier de photographe de presse à temps partiel. Le travail à la maison n’est pas sa priorité. Elle se lie avec Bobbie, l’une des rares jeunes femmes de la ville à ne pas seulement se préoccuper de tâches ménagères, contrairement aux autres habitantes. Pourtant il fut un temps où les femmes de Stepford recevaient régulièrement des personnalités et s’intéressaient à plein de choses très différentes, certaines d’entre elles avaient même un emploi.

Que s’est-il produit à Stepford qui ait transformé ces jeunes femmes amusantes, intéressantes, pleines de vie, en robots ménagers, lisses, impeccablement coiffées et habillées, acquièçant sans sourciller à tout ce que disent ou font leurs maris, n’élevant jamais la voix, toujours souriantes et apparemment sans plus une seule opinion personnelle ?

Ce qui inquiète le plus Joanna, c’est qu’au début, les jeunes femmes nouvellement arrivées à Stepford, étaient "normales" et puis, lentement mais sûrement, se transforment en tout ce que Joanna déteste.

En quoi consiste donc ce fameux "Club des Hommes" où les maris se réunissent pratiquement tous les soirs et d’où les femmes sont bien évidemment exclues !

En menant son enquête, Joanna découvrira-t-elle le secret de Stepford et aura-t-elle le temps de prévenir les nouvelles arrivantes ou même simplement de se sauver elle-même ?

Bien que peu adepte de romans de science-fiction, j’ai dévoré le roman d’Ira Levin, auteur du très célèbre Rosemary’s Baby .

The Stepford Wives a toujours provoqué des questions assez amusantes sur son contexte, à savoir : Levin a-t-il voulu écrire un pamphlet anti-féministe, a-t-il voulu mettre sur papier ses fantasmes personnels d’une femme idéale le submergeant au point d’imaginer ce roman ? Ou est-ce simplement un roman plein d’imagination ? Personnellement j’ai toujours penché pour les trois réponses, mais on frémit vraiment à la lecture de ce livre car l’ambiance y est étouffante du début à la fin et devient de plus en plus angoissante, sans qu’il y ait la moindre scène d’horreur. Chair de poule garantie !


  • TOTALEMENT INDEPENDANTES  25 novembre 2011, par antihuman

    Un digicode, un portail solide en fer forgé, quelques autres gardes et autres sécurités, c’est de cette manière que Joanna arrive au village. Une résidence de luxe que son mari et elle ont choisi ; après une graduation de son aimé à son travail...

    Sauf que la réalité est toute autre, et a pour base un bien étrange mensonge ! Très glaçant, affreux et plutôt angoissant à lire. On tremble vers la fin pour Joanna, et sa solitude absolue !!

    Classique de la S/F.

    [P.S : si vous devez voir le film voyez donc celui de Bryan Forbes de 1975.]


    Répondre à ce message
  • > Les Femmes de Stepford  25 avril 2004, par Dadoo
    Ce livre est complètement d’actualité : une nouvelle version cinématographique devrait sortir cet été avec Nicole Kidman. Des bandes annonces sont accessibles sur le site du Matin (Canada)
    Répondre à ce message
    • > Les Femmes de Stepford 25 avril 2004, par bastet
      là, je suis très curieuse, car je me souviens bien de la version précédente qui m’avait beaucoup plu - je vais faire un petit tour au site du matin ! merci de me l’avoir signalé
      Répondre à ce message
      • > Les Femmes de Stepford 26 juillet 2004, par Dadoo

        J’ai vue "Et l’Homme créa la femme" (le nom du film en français) hier et il me semble que l’adaptation est un peu différente du récit que tu faisais, notamment en ce qui concerne le début.

        En effet Joanna (Nicole Kidman) est carrément une directrice de TV Network virée comme une malpropre à cause de ses projets de reality TV à la sauce féministe.

        Le reste du film est amusant mais sans plus. Les personnages sont assez drôles mais pas particulièrement subtils à part bien sûr Glenn Close qui est vraiment très réussie !


        Répondre à ce message
        • > Les Femmes de Stepford 26 juillet 2004, par bastet

          cette version de Franz Oz, à prendre au deuxième degré, a choisi effectivement le mode de la dérision pour "The Stepford Wives".

          Je me suis bien amusée avec cette version-ci, mais sans plus ; par contre la version de 1976 (ou 7) avec Katharine Ross, est fidèle au roman de Levin et je peux te dire que les frissons sont aussi garantis dans cette version-là que dans le roman. Inutile de dire que j’ai - et de loin - préféré la version de 76.

          C’est vrai que ce fut un plaisir de revoir Glenn Close mais surtout Bette Midler qui se fait trop rare et qui est une actrice formidable, qui adore l’autodérision.


          Répondre à ce message