Les Causes Perdues de Jean-Christophe Rufin

Loin du coeur et loin des yeux... L’Ethiopie meurt peu à peu...

Les Causes Perdues

Le vendredi 13 juin 2003 par Dadoo

Pendant la guerre civile en Ethiopie, un groupe humanitaire s’installe à Asmara, au coeur de l’Erythrée mythique. Là, Hilarion Grigorian un immigré d’origine arménienne ancien marchand d’armes à la retraite va tromper son ennui en prenant soin du responsable de l’opération humanitaire, un jeune homme blasé à la recherche d’aventures.

En plus d’être un excellent romancier, Jean-Christophe Rufin est aussi médecin et plus particulièrement médecin humanitaire. Il fut un des premiers french doctors de Médecins Sans Frontières et connait donc particulièrement bien le sujet de l’humanitaire.

Tout le monde se souvient du battage médiatique du milieu des années 80 sur l’Ethiopie où les médias et les artistes s’étaient mobilisés comme jamais auparavant pour recueillir des fonds.

Jean-Christophe Rufin porte un regard sans concession sur ce travail humanitaire : entre les personnages tous un peu déséquilibrés (le gestionnaire implacable, l’aventurier, la vamp, le jeune homme en fuite) et les résultats tangibles de l’opération (utilisation de l’aide humanitaire pour déporter des populations, volonté de domination du marché humanitaire par les associations etc.).

On ne peut qu’être marqué par ces descriptions très dures et bien éloignées de l’image donnée dans les médias.

Mais au delà de l’essai sur les conditions réelles de l’humanitaire, Rufin nous parle aussi d’un pays très attirant et qu’il connait bien : l’Erythrée. Entre les traditions ancestrales, la nonchalance de l’Afrique et les envahisseurs italiens restés échoués à Asmara le tableau est complet et donne vraiment envie de découvrir cette région étonnante !

Enfin on appréciera le ton du narrateur (le vieux marchand d’armes arménien) toujours subtil et tendre, qui porte un regard sans illusions sur le monde qui l’entoure.