Le masque gris de Patricia Wentworth

l’assassin brouille les pistes habilement en raison de son machiavélisme

Le masque gris

Le lundi 29 mars 2004 par Sheherazade

Il y a 4 ans, Charles Moray a été quitté par Margaret Langton, son amour de jeunesse, et ce sans aucune explication. Le jeune homme est parti noyé son chagrin autour du monde. A présent, le voilà revenu à Londres, guéri (croit-il) de ses peines de coeur, d’ailleurs il aimerait revoir Margaret pour qu’ils puissent redevenir de bons amis comme avant.

En prenant possession de l’héritage de son père, Charles se rend dans la demeure familiale où, à sa grande surprise, il y a une réunion d’une sorte de "société secrète", où tous les membres portent un numéro. Caché dans la penderie le jeune homme aperçoit le chef de bande qui se cache sous un masque de caoutchouc gris plutôt inquiétant. Et à la grande surprise de Charlie, il reconnaît Margaret parmi les membres ! Mais dans quel guêpier est-elle aller se fourrer ! D’autant plus que ce que planifie le groupe n’est rien moins que l’enlèvement de la jeune et richissime Margot Standing dont le père vient de périr en mer.

Charles tente donc de revoir Margaret qui est on ne peut plus réticente et qui lui claque carrément la porte au nez. Inutile de penser à redevenie même de simples amis. Lui, chevaleresque comme tout, décide d’aider son amie malgré elle. Entretemps, la jeune Standing a découvert qu’on en voulait à sa vie et a décidé de prendre son sort en mains. Plus vite dit que fait, surtout quand on a 18 ans et peu d’expérience dans la vie.

Charles Moray, grâce à son ami Archie Millar, fait appel à Miss Maul Silver, gouvernante à la retraite, recyclée détective privé, aimant le thé, le tricot et les papotages limite ragots ! Comme elle est particulièrement fûtée, elle aidera Margaret à se libérer des griffes d’un criminel particulièrement habile à brouiller les pistes et à réunir Charlie et Margaret qui pourront enfin roucouler en paix.

Patricia Wentworth est la contemporaine d’Agatha Christie ; son personnage de Maud Silver est le typique "armchair detective" et les polars de Mrs. Wentworth ont ceci en commun avec la Reine du Crime qu’ils ne baignent pas dans l’hémoglobine à chaque page, que les meurtriers n’agissent pas nécessairement gratuitement, mais avec une raison comme gagner un héritage par exemple, et dans ces aventures avec une touche d’humour très british, les jeunes gens chevaleresques se lancent au secours des demoiselles en détresse.