Le jour ne se lève pas pour nous de Robert Merle

Le jour ne se lève pas pour nous

Le mercredi 20 février 2002 par Dadoo

Dans Malevil, Robert Merle s’était interessé au risque nucléaire en prenant quelques libertés avec la réalité. Ici il raconte une mission dans un SNLE, Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engin. Le narrateur est le médecin du bord, et il porte un regard béotien sur le symbole de l’indépendance nucléaire française.

Pas de trace ici de sensationnel. La mission est des plus commune et l’objectif est simple : ne pas se faire repérer. L’intérêt de ce livre n’est donc pas dans un suspense haletant ou quoi que ce soit du même genre. L’auteur ne s’attache pas non plus au phénomène d’enfermement qui s’attache à une mission de 6-7 semaines dans un sous-marin.

Robert Merle s’attache à présenter de la manière la plus réaliste possible cette mission et les hommes qui la réalisent sans fantasmes catastrophiques. Les sous-mariniers sont des gens comme tout le monde avec leurs petits défauts et leurs grandes qualités.

Une fois la description factuelle réalisée le narrateur tâche de comprendre ce que représente la dissuasion pour ces gens qui travaillent pour elle. Loin de trouver des fous furieux Merle s’attache à montrer des gens conscients du risque absolu qu’ils représentent. Tout en étant attaché à la dissuasion et à ce qu’elle représente, le narrateur montre l’absurdité du système si il devait être mis en branle.

Ainsi il explique que rien n’est prévu pour le retour du SNLE après un hypothétique lancement de missiles. En effet à quoi bon rentrer si il ne reste plus rien sur terre...