Le général dans son labyrinthe de Gabriel Garcia Marquez

L’agonie de Bolivar contée par l’auteur de 100 ans de solitude

Le général dans son labyrinthe

Le dimanche 2 novembre 2003 par Dadoo

Le général Bolivar, libérateur des Amériques, s’est fait expulser du pouvoir au soir de sa vie. Lui qui révait d’une Amérique latine unie, il assiste aux déchirement qui vont amener à la création de tous ces états : Vénézuela, Colombie, Bolivie, Pérou etc. Le général dans son labyrinthe raconte son agonie pendant 14 jours sur les rives du Magdalena.

Gabriel Garcia Marquez crée un univers à son image : les personnages sont hauts en couleurs, la fièvre et la folie est toujours proche. Le récit n’est sans doute pas d’un intérêt infini mais il est assez passionnant de voir cet immense personnage se débattre avec sa maladie et ses chimères.

L’évocation d’un passé brillant nous permet aussi de voir à quel pour Bolivar était un personnage exceptionnel et en avance sur son temps. Ce qui ne l’empêche pas de se contredire très régulièrement... d’où la dificulté d’en avoir une image fiable.

Ce court roman se lit sans trop de difficultés mais on est bien loin de l’univers magique de cent ans de solitude... dommage !


  • > Le général dans son labyrinthe  7 novembre 2003, par Marco Bertolini

    Hello Dadoo,

    C’est vrai que le Général en son labyrinthe n’a pas le même caractère magique de Cent ans de solitude ou truculent de "l’automne du patriarche". Ce n’est pas non plus une histoire d’amour aussi fantastique (dans tous les sens du terme) que "L’amour au temps du choléra...

    Mais quel style, tout de même, quelle vision de l’histoire chez Garcia Marquez !

    Pour moi, chacun de ses livres est un régal.



    Répondre à ce message