Le demandeur d’asile de Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Le demandeur d’asile

Le jeudi 5 juillet 2007 par didier

"Tout demandeur d’asile, semblait ignorer à dessein l’administration française, est présumé réfugié politique jusqu’à preuve du contraire. En conséquence, les juges du fond ne sauraient reconnaître la qualité de réfugié au vu seulement de la position de l’OFPRA ou de son silence, dès lors qu’un texte supérieur à la loi nationale les invite à considérer que le réfugié est la personne qui se trouve dans les conditions matérielles définies par la Convention de Genève de 1951. Il ne doit pas être considéré simplement comme le requérant qui se veut reconnaître un statut par l’administration nationale."


-  Éditeur : Les éditions de l’Egrégore
-  Parution : 2006
-  Collection : Document/Réalité
-  Format : Broché - 191 pages
-  Prix : 15,50 euros
-  ISBN : 2-916335-00-5
-  Dimensions (en cm) : 13 x 2 x 21

Résumé :

Léopold Mwana Malamu est membre, dans son pays d’origine situé au cœur de l’Afrique centrale, d’un mouvement clandestin qui s’oppose de la manière la plus efficace et la plus habile possible à la dictature du régime en place. Il est arrêté, torturé. Il finit par gagner l’Europe : l’Italie d’abord, ensuite la Suisse ; puis la France où l’accueille à bras ouverts une charmante dame de la meilleure société. Reste pour lui à obtenir le statut de réfugié politique. Toutes les démarches du jeune homme échouent et trouver un travail lui est également impossible. "Refoulé administratif" dans son pays d’origine, il est à nouveau torturé. Cet ouvrage met en évidence la flagrante contradiction entre l’image de marque de la France et le labyrinthe dans lequel s’engage le candidat au statut d’asile politique après s’être enfui de la dictature corrompue que soutiennent avec immoralité certains pays occidentaux.

Biographie de l’auteur :

Gaspard-Hubert Lonsi Koko est un fervent militant des causes humanistes qui a longtemps évolué à travers les sinuosités et les méandres de l’univers francoafricain. Il dénonce astucieusement les dysfonctionnements liés au droit d’asile en France et fustige, en même temps, les régimes dictatoriaux d’Afrique.