Le crime de mère supérieure de Sylvie Gagnon

Le crime de mère supérieure

Le lundi 30 mai 2005

Bien que son titre laisse croire qu’il s’agit là d’un roman policier, il n’en est rien. Le crime de mère supérieure est une création littéraire touchante qui ne laisse personne indifférent. On y raconte le drame d’une jeune fille de quinze ans, se retrouvant enceinte alors que l’histoire se déroule au début des années soixante.

Sous la pression familiale et de la société de l’époque, celle-ci devra vivre sa grossesse loin de son village, à l’insu de tous. À la maison Miséricorde où elle se réfugiera, on la forcera à signer un formulaire d’abandon.

Entre la douceur de sœur Miriame et l’inclémence de soeur LaChapelle, ces quelques mois passés à l’ombre marqueront à jamais l’héroine de ce roman.

Je n’ose vous en dire davantage, puisque je ne voudrais surtout pas vendre la mèche, mais deux questions demeurent. Qu’est devenue la petite fille que Simone n’a serrée qu’une suele fois, en coup de vent, contre son coeur ? Et, que lui ont caché les autorités du couvent ?

Par ce roman, on réalise l’envergure de ce raz-de-marée qui, à une certaine époque, a touché des milliers de femmes de partout dans le monde. Mais, peut-on jamais se remettre d’un tsunami ?