Le crépuscule des dieux de la steppe de Ismail Kadaré

Le crépuscule des dieux de la steppe

Le dimanche 8 septembre 2002 par catherinem

Constantin est albanais et étudiant à Moscou. Après d’agréables vacances à Riga, il réintègre le foyer pour étrangers étrangers de l’institut Gorki, où l’accueil qui l’attend n’est pas des plus chauds.

Le climat politique n’est pas au beau fixe, entre l’affaire Pasternak, critiqué pour son ’Docteur Jivago’ considéré comme anti-soviétique, et la détérioration progressive et inéluctable des relations entre l’Albanie et Moscou. Une épidémie de variole entrainant une quarantaine dans la capitale et des relations tendues avec Lida, la russe dont il est amoureux compliquent encore la situation de Constantin.

Ce n’est à mon sens pas le roman le plus réussi de Kadaré, d’autres m’ont semblé plus achevés, plus poétiques, plus intéressants tout court.