Le chat qui venait du ciel de Hiraide Takashi

Le chat qui venait du ciel

Le samedi 12 avril 2008 par lagarto

La présentation du livre est on ne peut plus élogieuse. La quatrième de couverture ne tarit pas de louanges. Que des superlatifs.

On parle de haiku, de poésie.

Alors on achète le livre. Et on le lit. On s’oblige à aller jusqu’au bout pour le cas où ce serait mieux plus loin. Lecture imposée jusqu’à la fin.

Rien

Peut-être qu’une traduction laborieuse et malheureuse estompe toute poésie...

Quant à l’histoire...

On peut aimer les chats mais faire d’un chaton au comportement imprévisible le héros d’un roman est probablement excessif. D’autant que l’animal qui s’est immiscé dans le quotidien d’un jeune couple d’écrivains finit par occuper, contre toute vraisemblance, la moindre des pensées des jeunes gens, jusqu’à perturber leur équilibre mental le jour de sa mort (ils sont désespérés de ne pouvoir déposer un bouquet sur la tombe de l’animal et calculent, en utilisant le théorème de Thalès, la distance qui les sépare du grand orme sous lequel il est enterré).

Et cette aventure est racontée avec une foison de détails, une multitude de petits riens, une lenteur désespérante propices à l’endormissement.

En un mot, ennuyeux et sans intérêt, à réserver aux amoureux des chats...