Le Maître et Marguerite de Mikhail Boulgakov

Le Maître et Marguerite

Le mercredi 24 novembre 2004 par Mc BERNICK

"Le Maître et Marguerite", que Mikhaïl BOULGAKOV commença à rédiger en 1928, sous le titre de "Le Sabot de l’Ingénieur", ne devait être publié pour la première fois qu’en 1966. Pourtant, cette oeuvre, achevée le 13 février 1940, un peu plus de trois semaines avant le décès de son auteur, est assurément l’un des "romans-phares" de la littérature russe du XXème siècle et c’est elle qui contient, entre autres phrases inoubliables, le fameux "Les manuscrits ne brûlent pas !" que l’on peut considérer comme un symbole de la victoire de la liberté de penser face à l’acharnement totalitaire.

Résumer l’intrigue de ce roman onirique et fiévreux, cynique autant que merveilleux, est chose trop réductrice pour que je m’y essaie. Disons essentiellement qu’il fait alterner deux actions, l’une moderne et qui se déroule dans le Moscou de l’ère stalinienne, l’autre "antique" et ayant pour cadre la Judée pré-chrétienne qu’Hadrien n’a pas encore rebaptisée Palestine.

La deuxième intrigue est la vision gnostique de la rencontre de Jésus de Nazareth, appelé Yeshoua Ha-Nozri par BOULGAKOV, avec Ponce PILATE, procurateur romain de la région, et aussi de son supplice - BOULGAKOV délaisse la crucifixion traditionnelle pour le pilori - sur le Mont Chauve - ou Mont du Crâne-Golgotha. Yeshoua y apparaît comme un illuminé mais au sens bouddhique du terme, un homme paisible et doux, capable de deceler la Bonté dans le coeur du plus cruel des centurions et suivi depuis le début de ses errances par un certain Matthieu LEVY qui, selon Yeshoua lui-même, déforme pour les recopier les propos qu’il tient. Juda de Kairoth et Caïphe, le Grand Prêtre du Sanhedrin, sont évidemment de la partie avec un Bar-rabbas qui ne fait que croiser bien fugitivement celui qui deviendra le Christ.

Comme BOULGAKOV aurait pu éviter d’accepter l’aide que lui fournit STALINE pour survivre à l’interdiction de ses oeuvres au début des années 30 , PILATE aurait pu sauver Yeshoua. Mais si l’un n’eut pas le courage d’affronter le goulag ou le procès après tortures si chers au successeur de LENINE, le second, dans un instant de faiblesse, préféra préserver sa carrière en laissant supprimer la vie d’un innocent.

Pour BOULGAKOV, le prix à payer sera une existence désormais hantée par la conscience de sa veulerie et l’avortement systématique de tous ses essais de publication. En silence cependant, en cachette aussi, inlassablement, il reprend et remanie ce qu’il nomme son "manuscrit sur le Diable" - on ne comptera pas moins de cinq remaniements en douze ans. Tourmenté par ses angoisses, et aussi par un corps qui, peu à peu, l’abandonne, l’écrivain gribouille dès 1931, au bas d’un extrait que vous pourrez lire dans l’édition POCKET du "Maître et Marguerite", ces mots qui émeuvent encore singulièrement le lecteur par delà les années : "Seigneur, aide-moi à terminer mon roman."

Pour le PILATE qu’il recrée, BOULGAKOV façonne un châtiment qui perdure au-dela les siècles, une espèce de Purgatoire hors du temps où le puissant fonctionnaire romain, "qu’il fasse sombre ou que luise la lune", ne peut connaître la paix bien qu’il soit mort depuis près de deux mille ans. Invariablement, PILATE rêve qu’il annonce au peuple juif sa décision de laisser la vie sauve à Yeshoua. Invariablement, il se réveille et se rend compte que Yeshoua est mort et que lui, PILATE, n’a pas reçu son pardon.

Et, inlassablement, ce fantôme pose et repose cette question qui dut bien souvent torturer BOULGAKOV : "La Lâcheté n’est-elle pas le plus grand crime qui soit ?"

A la fin du roman, bien sûr, PILATE sera enfin libéré et, dans une très belle image onirique, rejoindra Yeshoua sur un rayon de lune et s’en ira avec lui vers l’Eternité.

Entretemps, l’intrigue moderne aura laissé le champ libre à un Satan là encore plus proche de l’interprétation gnostique que de l’interprétation traditionnelle, et à qui BOULGAKOV a donné le nom de Woland.

L’accompagnent et le servent deux démons familiers, l’inénarrable rouquin Béhemoth-KOROVIEV et le non moins extraordinaire Azazello, lequel se présente sous l’aspect d’un énorme chat noir capable de s’habiller comme un homme et de jouer aux échecs.

Les trois compères s’en donnent à coeur joie dans un Moscou diurne et surtout nocturne, règlent au passage les comptes de l’écrivain BOULGAKOV avec les critiques stalinistes, causent mille et un accidents, acculent plusieurs malheureux à l’asile psychiatrique, décapitent un homme, en poignardent un autre, tranchent, taillent, tourbillonnent ... démontent en un mot l’implacable machine totalitaire avec une vigueur en effet démoniaque et ce sens de l’humour propre à l’âme slave.

Au coeur du cyclone diabolique, le Maître, écrivain enfermé parmi les fous après la dénonciation d’un voisin désireux d’accaparer son appartement (les appartements, la convoitise qu’ils inspirent aux pauvres Moscovites obligés de se contenter des "maisons communautaires", les déboires que BOULGAKOV lui-même connut avec le sien occupent dans le livre une place bien révélatrice du mode de vie imposé à la majorité par le régime bolchevique) et son hégérie, Marguerite, qui quitte tout pour le rejoindre et le suivre au-delà la Mort. Un couple d’amoureux, par conséquent, où la femme prédomine - elle prend l’initiative de suivre les directives de Woland et d’assister au Grand Bal donné par Satan - mais où c’est elle également qui se montre la plus accessible à la pitié.

Ce livre fascinant, qui n’est pas sans rappeler parfois les meilleurs moments du nonsense d’un Lewis CARROLL et qui mêle avec génie le fantastique, la poésie, la religion, l’histoire et la philosophie, est irracontable. Il faut donc le lire et ne pas hésiter à le placer bien haut dans votre Panthéon livresque car, né de la souffrance et de la révolte d’un homme qui désespérait d’écrire, il nous prouve avec panache que, quelque sombres que puissent être les tourmentes de l’Histoire, le Génie survit toujours à leurs ténèbres.


  • Le Maître et Marguerite  2 juillet 2007
    Le Maître et Marguerite est sans contesté un de mes livres préférés. Malheureusement, je dois annoncer qu’il y a erreur dans la 62ième ligne de se texte. Dans le livre, Béhémoth est représenté comme étant LE chat noir « capable de s’habiller comme un homme et de jouer aux échecs ». Azazello, lui, est un rouquin avec les dents jaune.
    Répondre à ce message