Le Livre des illusions de Paul Auster

Le Livre des illusions

Le dimanche 2 mars 2003 par Feline

A la mort de sa femme et de ses fils dans un accident d’avion, David Zimmer se noie dans le chagrin, l’alcool et la solitude. Un soir, cependant, il se surprend lui-même à rire devant la séquence d’un film muet d’Hector Mann, acteur mystérieusement disparu en 1929. Etonné, il décide d’écrire un livre sur l’oeuvre de ce mime, dont les films ont miraculeusement réapparus quelques années plus tôt.

Une fois cette analyse terminée et publiée, il commence à recevoir des lettres étranges, signées Frieda Spelling, prétendue épouse d’Hector Mann. Méfiant, il décide, dans un premier temps, d’ignorer ce courrier. Jusqu’au jour où il reçoit la visite d’une jeune femme qui le contraint à la suivre au Nouveau Mexique, où l’acteur se meurt. Commence alors une quête, sorte de road movie, au cours de laquelle David se partage entre l’envie de découvrir le secret de la disparition d’Hector et le désir de visionner les films tournés lors de son exil.

Le dénouement se révèle surprenant et, hélas, un peu mélodramatique.

Paul Auster nous offre un magnifique roman et nous fait, après une légère baisse de régime, à nouveau profiter de ses talents de virtuose littéraire.

A travers l’expression de leurs pensées et sentiments, il rend ses personnages vivants et extrêmement humains. On en arrive parfois à se demander s’ils n’existent pas réellement.

La description des films d’Hector Mann, tellement précise et foisonnante, nous donne l’illusion qu’ils ont été tournés et sont archivés quelque part à l’insu du monde entier, sauf de Paul Auster. Grâce à ces chefs d’oeuvre, David Zimmer rescusite d’entre les morts, littéralement sous nos yeux et ce pour notre plus grand plaisir. Bien que personnage central, l’écrivain se fait souvent voler la vedette par le cinéaste Hector Mann, qui n’apparaît pourtant que très brièvement.

Il est passionnant de suivre simultanémént les trajectoires de ces deux hommes. Trajectoires se déroulant à des époques différentes mais qui se rejoignent dans un final intense, dramatique et riche en rebondissements.

Paul Auster nous propose un roman à tiroirs, dans lequels se cotoient drames et amours, littérature et cinéma, réalité et illusions.

Un grand moment de littérature.


  • > Le Livre des illusions  15 septembre 2003
    Quel plaisir ! Ma copine me l’a fait découvrir et je ne l’ai pas laché. Merci Paul Auster pour cette aventure pourtant si irréelle. Je recommande ce livre à toute personne désireuse de s’évader
    Répondre à ce message