Le Démon de Hubert Selby Jr

Le Démon

Le vendredi 8 juillet 2005 par Raphaëlle

Voici un livre qui décoiffe, qui fait geindre, qui nous enchaîne à une lecture ininterrompue. Le héros, Harry, nous entraîne progressivement vers l’enfer et la folie, à travers tout d’abord des scènes de sexe de plus en plus déliées, des scènes de torture mentale et pour finir, le passage à l’acte meurtrier.

L’incipit place d’ailleurs le lecteur directement dans la vie de Harry. Pas de faux-semblants, pas de détours politiquement corrects, d’une noirceur incommensurable et évolutive dans l’abject et l’horreur, terrifiant, démoniaque, la fin est prodigieuse. C’est un livre d’une rare intensité qui ne se classe dans aucune catégorie.

Quatrième de couverture

" Le Démon est un chef-d’oeuvre. De loin le plus accompli des romans de Selby. Pour un monsieur qui a reçu une éducation classique, c’est l’oeuvre parfaite. Avec des scènes familiales absolument magnifiques. Et cette tension déchirante, à l’intérieur... Le mouvement dramatique doit aboutir là où il aboutit à la fin du livre. Pas une page de plus. C’est splendide, achevé... Le Démon, c’est le Don Juan de Mozart, le seul que je connaisse parfaitement. Et le cri de Don Juan, au bout, n’est pas un cri de détresse, attention ! C’est " Merde ", jusqu’au bout ! Avec ça, d’un point de vue stylistique, Selby reste très classique : mais dans ce cadre classique, ce qu’il raconte est terriblement nouveau. Ça fait du Démon un roman fabuleux, tellement fort... "