Le Comité Tiziano de Iain Pears

The Titian committee

Le Comité Tiziano

Le mercredi 18 août 2004 par Sheherazade

Lorsque le jardinier des Giardinetti Reali à Venise découvre ses superbes lys totalement saccagés par un corps d’ivrogne affalé sur eux, il lui envoie un coup de pied rageur pour le réveiller. Peine perdue, car le corps d’ivrogne est en réalité un cadavre !

Celui de Louise Masterson, important membre du Comité Titien. Le Generale Bottando, directeur de la branche spéciale des délits artistiques dans la police nationale, est exaspéré : ces voyageurs qui viennent se faire assassiner en Italie, ça fait désordre ! Si seulement ces gens se rendaient compte quelles tracasseries bureaucratiques ils provoquent ! Déjà qu’il doit lutter pour obtenir des budgets et effectifs, si en plus il doit résoudre des meurtres, quelle fatigue pour un commissaire romain proche de la retraite.

Il délègue sa brillante assistante, Flavia di Stefano, à Venise, mais en qualité d’observatrice seulement, il ne faut pas offenser les carabinieri de la questura vénitienne. Flavia ayant décidé de mener sa petite enquête personnelle, elle demande la collaboration de Jonathan Argyll, historien et négociant d’art, à Venise pour l’achat de l’une des oeuvres de la collection di Mulino. Lorsqu’un autre membre du Comité Titien est retrouvé mort et que la collection di Mulino est volée, Argyll et Flavia se rendent compte que les enjeux sont plus importants qu’ils ne l’imaginaient ; la piste est plus dangereuse aussi.

Beaucoup d’humour en clin d’oeil dans cette nouvelle enquête artistico-policière de Iain Pears. Les ingrédients, en dehors de l’humour, sont une précise documentation dans le domaine de l’art sans oublier une jolie promenade dans Venise.