Vous êtes ici : accueil > Les fiches de lectures > Edith Wharton > La splendeur des Lansing

La splendeur des Lansing de Edith Wharton

La haute société dépeinte sans concession

La splendeur des Lansing

Le mardi 18 novembre 2003 par Feline

Nick et Suzy sont deux pique-assiettes de haut vol, vivant dans la haute société sur le compte de leurs amis, profitant d’invitations à droite et à gauche sur les yachts, dans les villas européennes et dans les hôtels particuliers des familles fortunées. Ils décident naturellement de se marier, assuré de vivre un an sur le compte de leurs amis.

A l’issue de cette année, chacun sera libre de recouvrir sa liberté si une oportunité se présente. Mais ce mode de vie rencontre rapidement des fissures. Pas facile de garder une moralité dans ce milieu dominé par la luxure, la jalousie et l’argent.

Et rapidement la séparation surgit à cause d’un malentendu. Et les quiproquos s’enchaînent. Suzy se voit offrir le mariage par une des plus grosses fortunes d’Angleterre alors que Nick se fait courtiser par une riche héritière. Quel choix opérer : vivre avec l’homme ou la femme que l’on aime sans le sou ou vivre un mariage de profit permettant de vivre une vie sans soucis ? Voilà la question que pose Edith Wharton dans un bon roman psychologique. L’écriture de la romancière est en effet un vrai régal et elle excelle dans l’art d’exprimer les sentiments avec une subtilité digne d’Angela Huth. Elle croque avec beaucoup d’ironie le petit monde de la haute société américaine et anglaise, si superficiel. Elle le fait avec un talent incontestable et sans langue de bois. Ces nouveaux riches en prennent pour leur grade.

Mais malgré tout, j’ai un tout petit regret concernant l’intrigue principale, qui m’a semblé digne d’une Barbara Cartland et dont la fin ne réserve aucune surprise. J’aurais aimé un suspense un peu plus grand quant à l’issue ou du moins que la romancière étoffe un peu son roman. Mais c’est finalement un reproche insignifiant au vu du plaisir pris à la lecture de ce roman.