La Volte des Vertugadins de Robert Merle

La Volte des Vertugadins

Le mardi 19 février 2002 par Dadoo

Ce roman est au choix le septième tome de Fortune de France ou le premier du deuxième cycle. En effet la Volte des Vertugadins prend comme narrateur et comme héros le Chevalier de Siorac, qui est le fils du héros de Fortune de France : le Marquis de Siorac. L’histoire ne se passe dans le lointain Périgord mais à Paris, à la cour de Henri IV.

L’Edit de Nantes posé la France retrouve un peu de paix entre Catholiques et Huguenots. Cette paix voule par Henri IV ne plait bien sûr pas à tout le monde. Le clan autour de la Reine aimerait rattacher la France, la fille ainée de l’Eglise, aux puissances Catholiques (dominée par les Habsbourgs).

Dans ce contexte difficile le Chevalier de Siorac entre à la Cour et devient un des proches de Henri IV et du Dauphin. On voit sous ses yeux la mort du bon roi Henri sous les coups de Ravaillac.
Mais on le voit aussi beaucoup s’amuser avec les jeunes filles de bonne famille et les soubrettes à l’instar de son Roi, bon vivant s’il en est...

Robert Merle utilise pour l’occasion une langue enchantée qui ressemble à l’image que l’on se fait du Français de l’époque comme dans Fortune de France. Cependant le Chevalier n’a de cesse de montrer que lui utilise une langue moderne et qu’il a rejeté certains termes truculents de son père.

Le voyage à la cour d’Henri IV est absolument passionnant et donne envie de lire immédiatement la suite : L’Enfant Roi.


  • > La Volte des Vertugadins  5 novembre 2004
    Je regrette que Robert Merle nous ai quitté et que Fortune de France s’arrêta avec lui ... J’adore ce cycle. La façon qu’il a eu de nous conter l’histoire, les mots qu’il employait, son écriture pleine de vivacité et de bonne humeur. J’aurais voulu en lire encore beaucoup de tomes ...
    Répondre à ce message
  • > La Volte des Vertugadins  22 septembre 2003, par clarbier
    je trouve ce roman formidable et riche en histoire comme d’ailleurs la suite que je lis attentivement
    Répondre à ce message
  • Re : La Volte des Vertugadins - Robert Merle  21 février 2002

    La meilleur manière de "tomber" dans la saga "Fortunes de
    France", c’est de commencer par "L’enfant Roi". Intense.
    Ensuite, une seule envie, savoir TOUT ce qui s’est passé avant !
    Et on redémarre au premier volume...

    J’ai piégé plusieurs amis comme ça... Et nous attendons tous
    avec impatience le prochain volume. Environs un par an.


    Répondre à ce message
    • > Re : La Volte des Vertugadins - Robert Merle 20 juillet 2004, par Gigotte
      Je ne suis pas trop d’accord avec toi. Moi, c’est le tout premier roman de la saga qui m’a passionné. "Fortune de France" m’a séduit non seulement par son coté historique super bien romancé, mais également par le "vieux" français utilisé par Robert Merle dans ce volume ainsi que dans les 5 suivants. Ce qui me fait préférer les 6 premiers volumes aux 7 suivants... Dommage que son auteur ne soit plus de ce monde pour pouvoir continuer à nous raconter m’histoire en nous passionnant ainsi.
      Répondre à ce message
    • Re : La Volte des Vertugadins - Robert Merle 14 avril 2006, par caracal

      C’est comme cela que je suis tombé dedans, effectivement.

      Je (re)lisais l’admirable bio de Richelieu par Carmonna (Fayard) après avoir tenté d’aller jusqu’au bout de l’indigeste (mais très complet) "L’homme rouge" (collection Bouquins, Robert Laffont).

      Lorsque j’ai vu "L’enfant-roi", j’ai lu le résumé, en 4ème de couverture.

      "Tiens tiens..." me suis-je dit.

      J’ai lu, j’ai aimé, et j’ai commandé toute la saga, que j’ai lue 2 fois, et que j’ai aussi offerte à mon père (qui, lui, l’a lue 4 fois !)

      J’ai une préférence pour l’ensemble "Fortune de France" jusqu’à "L’enfant-roi"...

      Après, je trouve qu’il y a un afaiblissement général, et bcp de redites, comme si Merle était devenu prisonnier de sa propre technique, d’un "truc" littéraire...

      Si historiquement, c’est toujours aussi bien fait et bien expliqué, littérairement, ça commençait (à mon sens) à s’essouffler un peu...


      Répondre à ce message
    • Re : La Volte des Vertugadins - Robert Merle 30 mars 2007, par petit panda
      C’est exact, je me suis fait avoir comme ça !!!
      Répondre à ce message